Skip to content
news_press_releases_french.jpg

M. Ford retourne les collèges à l'âge des ténèbres, nous dit le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) poursuit le gouvernement provincial en justice suite à sa décision de supprimer un groupe de travail étudiant la question du travail précaire dans les collèges ontariens.

Le groupe de travail des collèges était un élément clé de la décision de l’arbitre marquant la fin de la grève du personnel scolaire, l’an dernier. Le SEFPO a dit que la décision du gouvernement de se débarrasser du groupe de travail mixte est un déni des droits de négociation et est, par conséquent, en violation de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que le gouvernement Ford semble n’avoir qu’une seule façon de faire les choses, soit celle de mettre fin au progrès, au dialogue et à la collaboration.

« Il est possible que Doug Ford pense être au-dessus de la loi, et peut-être qu’une petite tape sur les doigts le ramènera à la réalité », a dit le président du SEFPO. « Il faut qu’il se rappelle qu’il a des comptes à rendre aux Ontariens. »

Le premier ministre Ford s’est débarrassé du groupe de travail des collèges dès le premier jour de son entrée en fonction, le 29 juin dernier. Le SEFPO avait convenu pendant les négociations collectives de renvoyer plusieurs enjeux, dont le travail précaire, à un groupe de travail mixte, grâce auquel les parties pourraient examiner les enjeux ensemble.

JP Hornick, présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire des collèges du SEFPO et co-requérante dans cette contestation fondée sur la charte s’inquiète de ce que la perte de ce groupe de travail signifie pour l’avenir des collèges de l’Ontario.

« Le gouvernement a mis la qualité de l’éducation en danger et s’est débarrassé d’un processus qui portait fruit. Le personnel scolaire des collèges ne va pas laisser passer ça sans réagir. Nous sommes déterminés à réparer le réseau des collèges; nous ferons tout ce qu’il faut; toutefois, nous estimons que le processus de collaboration fondé sur des preuves établi par le groupe de travail est essentiel pour avancer. »

Monsieur Thomas est également préoccupé par la décision récente du gouvernement de pénaliser les collèges de l’Ontario qui n’autorisent pas la « liberté d’expression » sur les campus. Un communiqué fait référence à une norme minimale que le gouvernement Ford établira.

« Cela laisse beaucoup de questions sans réponse et c’est le genre de questions qui pourraient être examinées par le groupe de travail des collèges dont le gouvernement se débarrasse. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931
JP Hornick, président de l’équipe de négociation du personnel scolaire des collèges, 416-806-9526