Skip to content
news_notices_french.jpg

Président du SEFPO : L’assemblée publique d’Ottawa aidera à faire de la privatisation un enjeu électoral

We Own It - Ca nous appartient
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Longues listes d'attente dans les hôpitaux et pour les soins de longue durée. Tarifs d'électricité exorbitants. Autoroutes dangereuses. Retards dans la construction du TLR.

Ce ne sont que quelques-unes des conséquences de la privatisation auxquelles se heurtent les gens qui vivent dans la vallée d’Ottawa. Toutefois, dans le cadre d’une assemblée publique qui aura lieu au Sportsplex de Nepean le mercredi 28 mars, ils apprendront comment faire de la privatisation un enjeu important des prochaines élections provinciales.

Quand? Le mercredi 28 mars, à 19 h (les portes ouvriront à 18 h 30)
Où? Sportsplex de Nepean, Hall F, entrée 2
Qui? Les orateurs incluront Gareth Jones, vice-président régional du SEFPO, Donald Lafleur, vice-président exécutif du CTC, Albert Dupuis, co-président de la Coalition de la santé d'Ottawa, Marlene Rivier, vice-présidente du Conseil du travail d’Ottawa et du district, Melissa Coenraad, dirigeante de section locale au SEFPO, et Glenn Maxwell, président de l’Équipe de consultation de la Défense nationale de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC).

« Nous savons qu’il est possible d’avoir un meilleur budget en Ontario. Mais pour y arriver, nous devons envoyer un message clair à nos politiciens : mettez fin à la privatisation », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO). « Après près de trente ans de projets de privatisation secrets et manquant de vision, les preuves sont on ne peut plus claires : la privatisation coûte plus pour moins.

« Les prochaines élections provinciales représentent l’occasion rêvée de dire à tous les candidats que nous exigeons des services publics plus forts, et pas plus de privatisation. »

Cela fait plus d’un an que le SEFPO se bat contre la privatisation et pour des services publics de qualité dans le cadre d’une campagne appelée Ça nous appartient.

« L’idée est simple, les services publics appartiennent à tous les Ontariens. Nous les avons bâtis. Nous les avons payés. Ils nous appartiennent », a ajouté Monsieur Thomas. « Montrons donc à tous nos politiciens que nous nous battrons pour nos communautés en luttant contre la privatisation. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931