Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président Thomas est scandalisé par la réaction de l’employeur face aux chocs électriques

HAMILTON – Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) exige la prise de mesures immédiates suite à une série de graves secousses électriques subies par les répartiteurs d’ambulances, incidents que l’employeur a rejeté comme étant des « événements sonores ».

Dans le cadre d’une conférence de presse plus tôt ce matin devant le Centre des opérations des SMU, Warren (Smokey) Thomas a dénoncé le refus de l'employeur de déployer de sérieux efforts pour identifier la cause réelle des incidents.

« L’employeur est coupable de déni, c’est simple », a déclaré le président du SEFPO. « Il prétend que c'est juste du bruit et qu’il est dû à l’électricité statique.  En réalité, le problème est beaucoup plus grave que ça et la négligence de l’employeur met davantage de personnel à risque de douleurs intenses, de lésions et de dommages permanents. »

Depuis octobre 2015, au moins neuf répartiteurs ont été victimes de brusques secousses provenant de leurs casques d’écoute et autre équipement professionnel. Ils ont été envoyés à l’hôpital, deux avec des plaies ouvertes. Un répartiteur souffre d’une atteinte nerveuse permanente au visage, tandis qu’un autre souffre d’un traumatisme crânien. D’autres se sont plaints de nausées, vomissements, étourdissements et désorientation.

Les employés disent que le nouveau centre de répartition a très mal été construit. Quelques mois après son ouverture, en 2012, des eaux d’égouts brutes s’étaient accumulées sous le plancher du poste de travail où se trouve tout le filage électrique. L’employeur avait installé des surfaces antistatiques, mais les travailleurs ont reçu des chocs électriques depuis; le syndicat pense donc que l’inondation a compromis la qualité du filage, et par là, la sécurité du lieu de travail.

« Les mesures provisoires adoptées n’ont rien donné », a encore dit Monsieur Thomas. « La sécurité de ce lieu de travail dépend d’une enquête minutieuse et de réparations complètes. Nous ne pouvons tout simplement pas accepter qu’en plus du stress régulier de leur emploi, ces travailleurs, qui vivent dans l’anxiété de subir une décharge électrique puissante, courent le risque de souffrir d’atroces blessures et douleurs. »

« L’employeur doit immédiatement déménager tout son personnel dans les deux emplacements de secours disponibles en attendant que le bâtiment et l’équipement soient jugés sécuritaires par un expert indépendant. C’est ce qui aurait dû être fait tout de suite après le premier incident. C’est ce que le ministère du Travail et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée devraient ordonner que cet employeur fasse immédiatement. »

« Nos répartiteurs d’ambulances s’occupent constamment de gens malades et blessés dans cette province », a encore dit Monsieur Thomas. « Il est temps que l’on s’occupe d’eux. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931