Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Services correctionnels : M. Thomas dénonce l’inaction, l’insouciance et l’irresponsabilité du PC

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, s’attend à voir d’importantes mesures dans le premier budget du gouvernement Ford pour remédier à la grosse négligence avec laquelle on a traité le système correctionnel ontarien jusqu’ici.

« Les conservateurs ont fait toutes sortes de promesses aux travailleurs du système, mais nous n’avons pas encore vu une seule de ces promesses tenues », a dit M. Thomas, accompagné de Chris Jackel et Janet Laverty, dirigeants au sein de la division des services correctionnels du SEFPO, dans le cadre d’une conférence de presse jeudi à Queen’s Park.

« Quand les conservateurs formaient le parti de l’opposition, ils étaient sur pieds à l’assemblée législative pour rappeler aux libéraux de ne pas se dérober à leur responsabilité et de veiller à la sécurité de nos agents correctionnels, détenus et communautés », a fait remarquer M. Thomas. « Il est temps que les conservateurs joignent l’acte à la parole en dressant un budget approprié le mois prochain. »

Monsieur Thomas a de nouveau invité le premier ministre Doug Ford et les chefs de l’opposition à visiter un établissement correctionnel avec lui. « La seule façon de vraiment comprendre l’énormité des problèmes à l’origine de la crise dans les services correctionnels est de parler aux travailleurs de première ligne », a expliqué M. Thomas. « Doug, sortez donc de votre bulle et profitez de l’occasion d’apprendre de quelques-uns des héros méconnus des forces de l’ordre. »

Convenant de tout cela, M. Jackel a fait remarquer que le Centre de détention Toronto Sud est l’exemple typique d’un autre partenariat public-privé raté. « On qualifie ce centre de « gaffe du bord du lac », a-t-il dit. « Cet établissement a été mal conçu, est truffé d’imperfections et a coûté aux contribuables de l’Ontario plus pour être réparé que pour être bâti. C’est ce qui arrive quand on construit une prison avec un P3. »

Pour rappeler que la crise continue, M. Jackel a mentionné les récentes agressions vicieuses et préméditées dont ont été victimes les agents correctionnels du Centre de détention Toronto Sud. « Malgré des taux de violence toujours plus élevés et des populations carcérales débordantes, seuls 24 nouveaux postes d’agent correctionnel à temps plein ont été créés au cours des dernières années. »

Selon le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, lui-même agent correctionnel, M. Ford est à côté de la plaque en ce qui concerne l’opinion que se font les Ontariens du travail du personnel correctionnel. « Je crois que les Ontariens apprécient et respectent énormément le travail de nos agents correctionnels. Ils savent que nos membres travaillent dans des conditions parmi les plus dangereuses au Canada, mais M. Ford ne leur donne même pas l’occasion de s’exprimer. C’est honteux et absolument inacceptable. »

« On en a assez des rapports et des études », a déclaré M. Thomas. « Il est temps de passer à l’action. Embauchez un plus grand nombre d’agents correctionnels et formez-les de manière appropriée. Construisez de nouvelles prisons. Rénovez les vieux bâtiments. Et Doug, faites-vous la faveur d’écouter les syndicats qui représentent les travailleurs de première ligne. Nous avons les solutions. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Chris Jackel, cmjackel.corr.merc@gmail.com