Skip to content
news_notices_french.jpg

Thomas dit à Wynne que la liberté de manifester est un droit démocratique

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ci-dessous une lettre envoyée par le président Thomas à la première ministre Wynne.

Le 10 juillet 2015                                                                              

Madame la Première ministre,

Permettez-moi de vous remercier pour votre réponse à ma lettre en date du 25 juin 2015.

Vous avez peut-être mal compris ma lettre et ma question.  Des policiers de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) ont dit à nos représentants que la Place de l'Ontario est une propriété privée.  Étant donné que vous ne mentionnez nullement ce fait, j'en conclus que les policiers de la PPO ont menti et que la Place de l'Ontario continue d'être la propriété des citoyens et citoyennes de l'Ontario?

En outre, vous écrivez que le rôle des services de police est de « préserver l'ordre public et de protéger les populations ».  Je me demande pourquoi vous dites cela, à moins que vous laissiez entendre que nos représentants constituent une menace pour la population, ce qui est absurde.

Vous écrivez également que votre conférence de presse était organisée « sur invitation seulement ».  J'estime que la population a le droit de manifester pacifiquement lors des événements publics, et cela comprend vos conférences de presse partout dans la province.  Est-ce que vous insinuez que ce n'est pas le cas? Avez-vous demandé à la PPO d'empêcher nos représentants d'assister à vos conférences de presse? Ou bien prétendez-vous ne rien savoir de ce nouveau règlement sans précédent et que la PPO aurait pris l'initiative d'établir ce règlement profondément anti-démocratique?

On a délibérément empêché nos représentants d'exprimer leur point de vue lors d'une manifestation publique et je crois qu'on leur a donné un motif inexact pour les induire en erreur. Je vous invite à partager des informations supplémentaires sur la question du droit de la population à s'exprimer librement et à manifester pacifiquement.

Je vous prie d'agréer, Madame la Première ministre, l'expression de mes sentiments les plus distingués.

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO