Communiqués bannière

Le président Thomas demande à Doug Ford d'expliquer ses liens avec Monsieur Harper

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaks to reporters at Queen's Park.
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande à Doug Ford d’être honnête en ce qui concerne ses liens étroits avec Stephen Harper et le Parti réformiste et de dire aux Ontariens ce à quoi ils peuvent s’attendre s’il est élu premier ministre de la province.

« Juste la semaine dernière, Doug Ford a sorti quelques ruses « harpériennes » de son sac, telles que celle d'entraver les médias afin qu’il n’ait pas à être tenu responsable d’éviscérer nos communautés », a déclaré Monsieur Thomas.
 
L’annonce de Monsieur Ford disant que son parti n’aurait pas d’autobus pour permettre aux médias de suivre sa campagne le mois prochain est une preuve indiscutable de ce que nous réserve l’avenir avec un gouvernement Ford.

« On dirait bien que les agents de Monsieur Harper ont saisi le contrôle du PC ontarien », a encore dit le président Thomas. « Nous nous souvenons tous de la façon dont cette équipe avait rogné nos services publics essentiels, tout en intimidant et étouffant les fonctionnaires fédéraux dévoués. »

« La vision de Doug Ford correspond-elle à la politique de Harper? », a demandé Monsieur Thomas. « Avant de pouvoir voter, les Ontariens ont besoin de le savoir. »

Bon nombre des membres de la campagne de Monsieur Ford étaient des conseillers principaux de Monsieur Harper, de Preston Manning et de Stockwell Day.

Monsieur Thomas s'est dit inquiet à plusieurs reprises ces dernières semaines à propos du manque d’expérience évident de Doug Ford. Il n’a pas même prouvé qu’il puisse gagner un siège à l'Assemblée législative et encore moins qu’il puisse former un gouvernement.

Monsieur Thomas voulait aussi savoir si Doug Ford travaillerait avec un des autres partis si les Conservateurs se retrouvaient avec le plus grand nombre de sièges dans un parlement minoritaire et, dans l’affirmative, avec quel parti il travaillerait.

Il voulait aussi savoir si Monsieur Ford resterait à la tête du Parti progressiste-conservateur s’il n’arrivait pas à former un gouvernement.

« Doug, on dirait bien que vous ne tenez pas à répondre aux questions des médias, mais je représente un grand nombre de travailleurs en Ontario et ils méritent la vérité », a déclaré le président Thomas. « Des questions difficiles méritent des réponses honnêtes. Il est grand temps de parler, Doug. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931