Menu
Menu
lbed_opseu_french_banner.jpg

Le président Thomas à la LCBO : Il est temps de s’attaquer sérieusement au problème de la sécurité

Le président Thomas à la LCBO : Il est temps de s’attaquer sérieusement au problème de la sécurité

LCBO Building
LCBO Building
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le SEFPO demande à la LCBO d'agir rapidement et de mettre en place une structure de sécurité interne pour lutter contre le problème des vols dans les succursales. Le président Warren (Smokey) Thomas dit que la LCBO a passé assez de temps à étudier le problème et doit maintenant prendre des mesures concrètes.

« Nous avons besoin que la LCBO cesse de palabrer et passe à l'action » a déclaré le président Thomas. « La sécurité devrait être la première priorité de l’employeur, point final. »

La LCBO dit que ses pertes causées par les vols s'élèvent à moins de six millions de dollars par année. Le président Thomas ne croit pas que le montant soit aussi faible, mais ajoute qu'entrer dans une bataille de chiffres est une perte de temps.

« On peut pinailler toute la journée sur le montant des pertes causées par les vols, mais on doit retenir que ces chiffres s’élèvent dans les millions de dollars et cela est  inacceptable pour les actionnaires, la population de l'Ontario. »

Le SEFPO, qui représente les employés de la LCBO, a exhorté la société d'État à prendre le problème des vols plus au sérieux afin de ne pas compromettre la sécurité des travailleurs et des clients.  

« Nous nous sommes réjouis du fait que la LCBO ait fait venir des policiers en uniforme hors de leur service pour surveiller certaines succursales, mais c'était un pansement sur une jambe de bois », a déclaré le président Thomas. « Nous avons besoin d'un personnel de sécurité interne dont l’objectif premier est de prévenir les vols dans les succursales de la LCBO. »

Le président Thomas a souligné le fait que les membres du SEPFO ont remarqué qu’il y avait eu une baisse des vols dans les succursales où il y avait des policiers en uniforme. Dans certaines succursales de Toronto, les vols d'alcool se chiffrent à des milliers de dollars pour un seul jour. Selon la police, il y a eu plus de 9 000 vols durant les quatre dernières années et demie à Toronto.

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, un agent des services correctionnels, déclare qu’étant donné la gravité du problème des vols, c'est ahurissant que le gouvernement Ford veuille aller de l'avant avec ses plans visant à étendre la privatisation de la vente d'alcool aux dépanneurs.

« Le problème des vols à la LCBO montre qu’autoriser la vente d'alcool dans les dépanneurs, c’est aller au-devant d’ennuis », a ajouté Eddy Almeida. 

« Les employés des dépanneurs n'ont pas le même niveau de formation que le personnel de la LCBO. Il s'agit souvent de jeunes travailleurs précaires qui travaillent seuls, parfois dans des endroits éloignés. À moins que le premier ministre annule ce cadeau mal avisé qu’il veut faire à ses copains lobbyistes, quelqu'un sera blessé par des voleurs. »