Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Monsieur Thomas s'interroge sur ce que cachent les libéraux en ce qui concerne la réforme du financement des élections

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Parti libéral de l’Ontario essaie de se dérober à l’examen du public concernant son nouveau projet de loi sur le financement des élections parce que les failles qu’il contient sont censées donner un avantage au parti pour les élections de 2018, laisse entendre le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).

« Les libéraux se sont fait prendre la main dans le sac, s’appuyant sur les parties intéressées pour obtenir des dons en échange d’un accès aux ministres », a déclaré Warren (Smokey) Thomas. « Ils ont ensuite essayé de distraire le public avec une série de réformes qui n’auraient rien fait pour empêcher les ministres d’utiliser leur portefeuille pour financer la campagne de réélection de leur parti. »

« Ce n'est qu’après un tollé général qu’ils ont promis de changer les règles une fois de plus », a-t-il dit. « Mais après des mois de promesses, ils ne veulent toujours rien dire à qui que ce soit à propos de ces nouvelles règles. »

Plus tôt cette année, suite à l’indignation des médias et du public en ce qui concerne les levées de fonds d’accès des ministres, les libéraux ont introduit le projet de loi 2 (puis le projet de loi 201) avec pour intention exprimée de rétablir la confiance du public à l’égard du système. Tel que souligné dans la réponse du SEFPO, toutefois, le projet de loi proposé aurait autorisé les mêmes levées de fonds d’accès qui avaient donné lieu au besoin de créer le projet de loi dans un premier temps.

« Après s’être fait prendre plusieurs fois à mentir comme des arracheurs de dents, les libéraux ont perdu toute crédibilité », a encore dit Monsieur Thomas. « Mais malgré cela, ils ont encore l’audace de demander au public, et à l’opposition, de leur faire confiance. »

« Il est triste qu’ils aient perdu la confiance du public. Sans voir les amendements du projet de loi 2, il est impossible de savoir comment ils auraient essayé de truquer le jeu cette fois-ci. »

Monsieur Thomas a demandé à la première ministre de dévoiler ses plans et de nous « révéler le véritable projet de loi 2. »

« Si vous voulez la confiance du public, montrez-nous que vous la méritez. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931