Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Des milliers participent aux assemblées téléphoniques de la FPO

Des milliers de membres du SEFPO ont participé récemment à quatre assemblées téléphoniques pour les travailleurs de la Fonction publique de l'Ontario (FPO).  Deux ont eu lieu le 9 février pour les membres de l'unité de négociation des services correctionnels.  Il s'agit de négocier une nouvelle convention collective autonome, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018.  Deux autres assemblées ont eu lieu le 13 février pour les membres de l'unité de négociation unifiée.

dsc_0085.jpg

Les membres de l’équipe de négociation répondent aux questions posées par les membres lors de l'assemblée téléphonique le 13 février

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas a déclaré que la participation aux assemblées téléphoniques montre que les membres de la FPO prennent un vif intérêt pour les négociations de cette année.

« J'ai été très satisfait de la réaction des membres à ces assemblées téléphoniques, mais pas du tout surpris, » a déclaré Thomas.  « Ce gouvernement a promu sans relâche un programme désastreux d'austérité et de privatisation qui a affaibli les services publics dans tous les coins de la province.

dsc_0118.jpg

Warren (Smokey) Thomas

« Pendant ce temps, le gouvernement a fait des travailleurs du secteur public de première ligne le bouc émissaire, at-il poursuivi.  « Nos membres sont en colère, et à juste titre. »

Les assemblées téléphoniques du 9 février pour les employés des services correctionnels ont mis en vedette des remarques du président Thomas et du premier vice-président-trésorier Eduardo (Eddy) Almeida, ainsi que des présentations de Monte Vieselmeyer, président des relations avec les employés des Services correctionnels, Pete Harding, vice-président des relations avec les employés des Services à l'enfance et à la jeunesse, Twila Marston, superviseure de la FPO et Steve Crossman, recherchiste du SEFPO.  Tous étaient disponibles pour répondre aux questions des membres posées par téléphone ou en ligne.

« Comme je m'y attendais, nous avons eu quelques bonnes questions et une discussion intéressante, » a déclaré Almeida après les assemblées téléphoniques.  « En tant qu'agent des services correctionnels, je sais ce que c'est le travail de première ligne.  Je sais ce qui est important pour nos membres en ce qui concerne la crise des services correctionnels et l'atteinte d'un règlement équitable.  Et je sais qu'il y a beaucoup de points d'interrogation autour de l'arbitrage et de la négociation.

eddy.jpg

Eduardo (Eddy) Almeida

« Ces assemblées téléphoniques nous procurent un grand exercice dans la communication et la démocratie.  C'est merveilleux d'en faire partie. »

Les assemblées téléphoniques du 13 février s'adressaient aux membres de l'unité de négociation unifiée.  Le président et le premier vice-président-trésorier étaient de nouveau présents, tout comme Twila Marston et Steve Crossman.  Mickey Riccardi, président intérimaire des relations avec les employés, était également présent pour répondre aux questions.

Au cours des assemblées téléphoniques, Almeida a souligné l'engagement du syndicat à parvenir à une convention collective équitable pour les membres unifiés.

« Smokey et moi, les membres du Conseil exécutif et l'ensemble de l'équipe du SEFPO feront tout notre possible, » a-t-il déclaré.  Nous veillerons à ce que les travailleurs obtiennent ce qu'ils méritent : une entente juste et équitable qui reflète nos nombreux sacrifices, nos capacités, notre dévouement et notre travail acharné, ainsi que les pressions financières croissantes auxquelles font face toutes les familles de l’Ontario.

« Le moment est venu pour nous de prendre la relève ! »

dsc_0094.jpg

Mickey Riccardi

Thomas a terminé la dernière assemblée téléphonique en signalant à l'employeur que le SEFPO n'accepterait pas de « faits alternatifs » lorsqu'il s'agit de la capacité de l'employeur de payer.

« La dernière série d'augmentations salariales des cadres supérieurs de la FPO prouve que l'employeur a de l’argent, » a-t-il déclaré.  « Si ce gouvernement peut payer les cadres supérieurs, il peut bien se permettre de compenser les travailleurs de première ligne pour leur travail acharné.

« C’est une simple question d’équité ! »

dsc_0069.jpg
(De gauche à droite) Steve Crossman, Twila Marston, Monte Vieselmeyer, Pete Harding