Skip to content
news_notices_french.jpg

5 decembre 2013: Les propositions de Tim Hudak pour le secteur public sont un boulet pour l'économie

OPSEU/SEFPO flag
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

5 décembre 2013

Plutôt que d”attaquer des travailleurs aux revenus et pensions modestes, une stratégie qui ne fait que nuire à l”économie, Tim Hudak ferait bien d”encourager ses amis des grandes entreprises à investir dans l”économie de l”Ontario et à créer de bons emplois, a déclaré aujourd”hui même Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO.

À une époque où l”inégalité des revenus atteint des sommets historiques, les Ontariens cherchent des leaders qui feront croître l”économie et qui partageront les richesses plutôt que des leaders qui grèvent l”économie et empilent des tas « d”argent mort », comme Tim Hudak le fait, a ajouté Thomas après une autre attaque d”Hudak contre les travailleurs.

« Le plus gros problème en Ontario, c”est que tant que les travailleurs n”auront pas assez d”argent à dépenser, notre économie continuera d”être boiteuse », a dit Thomas.

Hudak a déclaré aujourd”hui que s”il était élu premier ministre de l”Ontario, il couperait encore davantage dans les services publics. En fait, nous dit Thomas, des emplois essentiels, comme c”est le cas pour les services d”inspection de l”eau potable, sont encore vacants.

« Comment peut-on se permettre de proposer d”autres coupures dans les services publics lorsqu”on sait que l”Ontario est en première position des provinces canadiennes en ce qui concerne les plus faibles dépenses de programme? », s”interroge Thomas.  « Et c”est sans compter sur le fait que ces emplois de la fonction publique servent de ciment à de nombreuses économies locales partout en Ontario. »

« Hudak semble vouloir dire que les gens ne font du bien dans leur communauté et dans la société que s”ils sont payés pour le faire. Les membres du SEFPO le font parce qu”ils croient en la famille, en les amis et en la communauté. Depuis l”époque où Mike Harris, le mentor de Tim Hudak, s”est mis à attaquer les services publics, ces derniers ont diminué d”environ 10 pour cent, avec plus d”un tiers de l”effectif de la FPO membre du SEFPO porté disparu. »

« C”est pour ça que je refuse de me mettre à ses côtés. La façon dont il décrit les services publics rabaisse les travailleurs ontariens qui ont donné leur vie professionnelle entière à leurs communautés. Chaque matin, je pars travailler avec une idée en tête : construire une meilleure province. »

« J”invite Tim à débattre publiquement des enjeux en se basant sur des faits, pas sur des idées en l”air. Les chiffres ne mentent pas. Les services publics sont en recul, avec les postes de direction à la FPO les moins touchés et les services et travailleurs de première ligne qui souffrent le plus », a encore ajouté Thomas.

Renseignements :

Warren (Smokey) Thomas (613) 329-1931

Blank Spacer