Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Il est temps que le caucus conservateur mette Doug en laisse, nous dit le président Thomas

Warren (Smokey) Thomas, OPSEU President
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Un autre sondage d’opinion dans lequel les Ontariens disent que le premier ministre Ford va dans la mauvaise direction devrait être pris au sérieux par son caucus, déclarait vendredi le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« M. Ford a retranché l’aspect progressiste d’un parti conservateur autrefois tout à fait respectable », a ajouté M. Thomas. « La grosse machine bleue s’est transformée en une grosse machine à ratés. »

Monsieur Thomas a mentionné un sondage Pollara qui révélait que les conservateurs s’étaient fait dépasser par les néo-démocrates en termes de soutien populaire.  Le sondage présenté au Toronto Star révélait que le soutien accordé aux conservateurs était tombé à 30 %.  Monsieur Ford et les conservateurs avaient attiré 40  % des suffrages lors des élections de l’an dernier.

Les conclusions sont semblables à celles de deux sondages commandés par le SEFPO au cours des six derniers mois.  Tous deux révélaient que les Ontariens sont farouchement opposés au programme de M. Ford et extrêmement inquiets quant à l’avenir des services publics.

Monsieur Thomas a dit que les résultats du sondage montrent que les Ontariens en ont marre des politiques malavisées de Doug et de ses promesses brisées concernant le personnel de première ligne de la fonction publique, qui ne devait perdre aucun emploi.

« Les Ontariens n’apprécient guère les mensonges et je ne suis pas surpris de les voir fâchés à l’annonce des mises à pied du personnel de première ligne à la fonction publique », a encore dit M. Thomas. 

« Monsieur Ford est un véritable prévaricateur et ses manœuvres d’intimidation destructives ne font rien de bien pour le peuple de l’Ontario. »

Monsieur Thomas prédit que les membres du caucus conservateur se réveilleront tôt ou tard et réaliseront qu’ils doivent se débarrasser de M. Ford s’ils veulent sauver leur peau de politicien.

« J’espère seulement qu’ils le comprennent le plus tôt possible, avant que les services publics dont dépendent les Ontariens ne soient entièrement détruits. Je ne tiens pas à voir un autre désastre comme celui de Walkerton, où nous perdons des vies », a ajouté M. Thomas.  « Monsieur Ford se fera éventuellement mettre à la porte et nous espérons toutes et tous qu’il ne sera pas en mesure de dire ‘Je reviendrai’. »

Pour plus d’information :
Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931