Skip to content
news_notices_french.jpg

À tous les travailleurs de première ligne : Toute notre gratitude et solidarité en ce 1er mai

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas and First Vice-President/Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Au Canada, nous célébrons la Fête du travail le premier lundi de chaque mois de septembre. Mais ce n’est pas le seul jour où l’on souligne les luttes et les acquis historiques des travailleurs et de leurs syndicats. 

Aujourd’hui, le 1er mai, des millions de personnes et d’organisations célèbrent la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs dans le monde, un jour qu’on appelle aussi souvent le 1er mai. 

Les origines du 1er mai remontent à près de 150 ans et au « massacre de Haymarket Square » à Chicago. Le 1er mai 1886, des travailleurs déclenchent la grève générale dans de nombreuses villes pour exiger la journée de travail de huit heures.

Le 4 mai, des affrontements violents éclatent lors d’une manifestation. Une bombe explose et la police ouvre le feu, faisant plus d’une douzaine de morts.

De nos jours, quand ils manifestent pour demander de meilleures conditions de travail et de meilleurs services au Canada, les travailleurs et militants syndicaux ne sont heureusement pas souvent confrontés à un tel niveau de violence.  Mais comme toute personne, qui a déjà été sur une ligne de piquetage ou à une manifestation, le sait pertinemment, les choses peuvent basculer très vite.  Dans les nombreuses régions du monde où il y a des gouvernements antisyndicaux, les travailleurs et les militants syndicaux font toujours face à des menaces de violence.   Et bien sûr, la violence au travail est encore une réalité au Canada. 

Depuis un mois et demi, nous avons dû faire face à une nouvelle menace – une menace bien plus mortelle : La COVID-19.  Profitons de ce 1er mai pour exprimer de nouveau notre reconnaissance à nos héros qui sont en première ligne et font fonctionner l’Ontario en faisant face à cette menace.

À l’occasion de ce 1er mai, nous remercions les travailleurs qui nous ont précédés pour leurs sacrifices et nous nous engageons à continuer la lutte pour faire en sorte que tous les travailleurs du monde entier puissent jouir de la sécurité et du respect qu’ils méritent.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président du SEFPO