Skip to content
news_announcements_french.jpg

Journée mondiale de l'eau 2019 des Nations Unies : Ne laisser personne de côté

De l'eau pour tous les citoyens
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2019, l’Organisation des Nations Unies nous rappelle que les groupes marginalisés, tels que les femmes, les enfants, les réfugiés, les populations autochtones, les personnes handicapées et bien d’autres, sont souvent négligés et sont parfois confrontés à de la discrimination tandis qu’ils tentent d’accéder et de gérer l’eau potable dont ils ont besoin. 

Selon le président du SEFPO, Warren « Smokey » Thomas, la privatisation est une menace qui prive d’eau propre bon nombre de gens à travers le monde.

« Les entreprises sont de plus en plus habiles à transformer l’eau en une source de profits. Elles volent l’eau de nos nappes phréatiques pour nous les vendre ensuite à des prix élevés. Les réserves d’eau mondiales ne devraient pas être traitées comme des marchandises pouvant être véhiculées comme bon leur semble par ces grandes entreprises. »

L’objectif de développement no 6 de l’Organisation des Nations Unies est clair comme de l’eau de roche : de l’eau pour tous d’ici 2030. Par définition, cela signifie ne laisser personne de côté. Toutefois, de nos jours, des milliards de personnes vivent encore sans eau. La Journée mondiale de l’eau nous rappelle de lutter contre la crise de l’eau en abordant les raisons pour lesquelles tant de gens sont laissés pour compte. Et n’oublions pas que la crise de l’eau frappe près de chez nous, ici au Canada. En dépit des progrès réalisés, au moins 59 communautés autochtones restent aux prises avec un avis de longue durée concernant la qualité de l’eau potable.

Reconnaissant que l’eau est source de vie sur la terre, la présidente du Cercle des Autochtones du SEFPO, Krista Maracle, nous rappelle que « ce que nous faisons à l’eau est ce que nous faisons à nous-mêmes ». En partenariat avec les sentinelles de l’eau autochtones, le Cercle autochtone du SEFPO met en œuvre une résolution du Congrès 2018 qui demande d’agir pour protéger l’eau. Comme l’a dit Mme Maracle, « nous partageons tous la responsabilité de protéger notre eau, parce que nous avons besoin d’eau pour vivre. Ensemble, nous devons assumer notre responsabilité de protéger notre terre, notre eau et nos cultures. »

www.worldwaterday.org

{“fid”:”32139″,”view_mode”:”default”,”fields”:{},”type”:”media”,”field_deltas”:{“3″:{}},”attributes”:{“class”:”media-element file-default”,”data-delta”:”3″}}

waterislife.jpg