Skip to content

Dévoiler la vérité : Nos histoires de COVID

OPSEU Coalition of Racialized Workers, Strength Purpose Representation - SEFPO Coalition des travailleurs racialises, resilience determination representation
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

En ayant des effets dramatiques sur la santé physique, sociale, économique et émotionnelle des minorités raciales et ethniques et d’autres groupes visés par l’équité, qui ont payé un lourd tribut, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière des inégalités de longue date.

Joignez-vous aux comités et caucus visés par l’équité de l’OPSEU/SEFPO à l’occasion d’une série d’histoires/témoignages, intitulée « Dévoiler la vérité : Nos histoires de COVID », qui parlent des effets de la pandémie sur la santé et le bien-être des divers groupes visés par l’équité et qui montrent combien il est urgent d’agir afin de réduire les inégalités croissantes au sein des populations qui sont exposées à des risques démesurés.

Déclaration de la CoTR au sujet des effets de la COVID-19

En raison de la COVID-19, l’année qui s’achève aura été l’une des plus difficiles pour tout le monde.  Cette année a été encore plus difficile pour les personnes racialisées. Le mouvement pour l’égalité raciale a commencé avant la pandémie. Partout dans le monde et chez nous aussi, il y a une nouvelle prise de conscience qui émerge – et qui nous rappelle le mouvement pour la défense des droits civiques. Cela est dû en grande partie aux actes de violence contre les Noirs qui sont régulièrement commis par des membres des forces de l’ordre. Et fermer les yeux sur les appels à la justice n’a fait qu’alimenter les demandes de changement.

L’organisation Black Lives Matter dénonce les injustices envers les Noirs depuis des années, sans recevoir la reconnaissance ni le respect nécessaires. Cela a contribué à envenimer la situation dans laquelle on se trouve aujourd’hui. Tout a commencé à l’été 2016, lorsqu’ils ont organisé un sit-in de 30 minutes lors du défilé annuel de la Fierté de Toronto. Ils ont attiré l’attention partout au pays, mais pas pour les raisons auxquelles vous pensez. Beaucoup ont dénoncé leurs actions comme étant contraires à l’équité. Et pourtant, leurs chants de colère, qui ne faisaient que dénoncer la marginalisation des Noirs, ainsi que des personnes queer et trans de la communauté noire, restent incroyablement pertinents et profonds aujourd’hui. Leurs appels à la justice raciale, il y a quatre ans, ont contribué à légitimer les besoins et les droits des communautés noires partout dans le monde. Plus important encore, ces torts doivent être corrigés et c’est à nous qu’il revient de mener la lutte. Les gens de toutes les races, les ethnies et de tous les horizons doivent s’unir et lutter pour l’égalité raciale.

La mort de Regis Korchinski-Paquet, en mai dernier, a incité des dirigeants, comme Justin Trudeau et Doug Ford, à reconnaître enfin et ouvertement que le racisme systémique existe au Canada. Madame Regis Korchinski-Paquet, une Torontoise et Canadienne d’origine autochtone, ukrainienne et noire de 29 ans, est décédée en présence de la police de Toronto. Son décès est intervenu quelques jours après la mort de George Floyd aux États-Unis. L’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario (UES) a estimé qu’il n’y a aucun motif raisonnable pour accuser les policiers présents lors de l’intervention, mais les appels à des changements systémiques n’ont pas cessé et sont même devenus de plus en plus forts durant la pandémie. Les communautés noires méritent un accès égal et équitable aux services tels que les soins de santé, l’éducation et l’emploi.

Tout cela se produit au milieu de la pandémie la plus effrayante de notre temps. Les communautés noires et racialisées sont durement frappées par cette pandémie, à cause de l’insécurité alimentaire et d’emploi en particulier. Ces communautés, dont beaucoup de personnes touchent des faibles revenus, continuent d’enregistrer les plus grands nombres de tests positifs au Coronavirus. Le travail et les travailleurs précaires font désormais partie de la liste des choses essentielles, une liste où les personnes racialisées sont la majorité. En outre, les travailleurs de première ligne, dont beaucoup sont également racialisés, sont plus susceptibles d’être exposés au virus. Bien que ces travailleurs dispensent des services essentiels, beaucoup d’entre eux demeurent incapables de subvenir à tous les besoins de leur famille. Ils occupent plusieurs emplois, travaillent sur différents sites, sont souvent mal-logés, vivent dans des familles multigénérationnelles et n’ont pas accès à une nourriture fortifiante. À cause de tous ces facteurs, ils courent plus de risque de contracter le virus.

Pour de nombreuses communautés racialisées, le virus est devenu une source de stress supplémentaire. Outre les défis posés par l’instabilité de l’emploi et l’insécurité alimentaire, les inégalités structurelles et systémiques sont directement liées à une moins bonne santé en général, en particulier au sein de la communauté noire. Les membres de la communauté ont déjà du mal à accéder aux soins de santé en l’absence de pandémie. Ils évitent d’utiliser le système de santé en raison de problèmes de méfiance et de victimisation. Pour obtenir des soins médicaux, beaucoup doivent faire face au racisme anti-Noirs et aux préjugés répandus. En pleine pandémie, les difficultés sont encore plus nombreuses. L’absence de collecte de données fondées sur la race au Canada rend les choses encore plus problématiques. Sans cette information, comment vraiment comprendre les inégalités et les disparités en matière d’accès aux services de santé? Il est important de pouvoir mesurer afin de savoir si tout le monde au pays reçoit ou non des soins de manière équitable. Ces données doivent être recueillies, mais plus important encore, on doit effectuer ce travail en collaboration avec les communautés racialisées. Les infections et les décès liés à la COVID-19 sont devenus la norme en raison de l’accès limité aux tests et de l’insuffisance de temps accordé pour se rétablir du virus. Parce qu’elles cumulent plusieurs emplois, certaines personnes ont du mal à trouver un centre de dépistage ouvert pendant leur peu temps libre. Obtenir le congé nécessaire peut être difficile et perdre jusqu’à une journée de salaire est impossible quand vous avez déjà du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois. En outre, l’absence d’avantages sociaux en milieu de travail les oblige souvent à retourner au travail plus tôt et sans être complètement rétablis.

Durant l’été, les membres de la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) de l’OPSEU/SEFPO ont travaillé pour aider les communautés en difficulté et confrontées à la maladie et à des pertes d’emploi. En travaillant en collaboration avec des communautés locales telles que Black Food TO, ils ont pu fournir une aide alimentaire de base. Heureusement, de nombreuses familles ont été soutenues et rassurées de savoir que le syndicat était à leurs côtés.

Les membres de la CoTR de la Région 1, en raison de leur relation de travail de longue date avec l’organisation Justicia for migrants Workers, ont continué de plaider au nom des travailleurs migrants de Windsor et Leamington. Même s’ils (les travailleurs migrants) sont considérés comme des travailleurs essentiels durant la pandémie, ils n’ont pas les mêmes protections que les autres travailleurs de première ligne ou que les autres Canadiens en raison de leur statut. De plus, certains n’ont pas non plus accès à des protections de base telles qu’un masque facial et la plupart n’ont pas la capacité de refuser un travail dangereux. Nous avons été en mesure non seulement d’appuyer ces communautés, dont certaines comprenaient des membres de l’OPSEU/SEFPO, mais également de procurer aux travailleurs migrants des ÉPI et des produits alimentaires adaptés à leur culture. Tout cela a pu se faire en partie grâce au généreux soutien du Conseil exécutif de l’OPSEU/SEFPO.

Il y a des gens qui continuent à voir du mal à mettre de la nourriture sur la table ou à garder un toit au-dessus de leur tête.  N’oublions pas les nombreuses autres histoires méconnues de personnes noires et racialisées partout en Ontario pour qui cette pandémie n’est qu’un autre chapitre d’une vie remplie de combats quotidiens. Leurs histoires passent sous le radar. Pour nombre de ces personnes, ce n’est rien de nouveau, il s’agit juste d’un autre danger à surmonter.

Black Lives Matter nous a montré que pour mener cette révolution, il est important d’être un habile stratège. Nous travaillons en tandem avec les marcheurs de première ligne afin de faire passer le message : chaque personne mérite d’être traitée avec dignité et respect.

Grâce à son engagement et à son appui, L’OPSEU/SEFPO a affiché sa volonté d’être à nos côtés pour le changement. En continuant à lutter contre cette pandémie, la CoTR sait qu’elle a l’appui de notre syndicat pour continuer le travail qui doit être fait. Afin d’être plus forts demain, continuons à garder espoir pour l’avenir et à respecter la distanciation physique. Merci à l’OPSEU/SEFPO et à toutes celles et à tous ceux qui ont participé à la création de cet espace pour faire entendre nos voix.

En solidarité,
Peter Thompson
Président de la Coalition des travailleurs racialisés de l’OPSEU/SEFPO