Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Le SEFPO fait bon accueil aux consultations mais pas aux dépens des gens et des programmes

TORONTO – Le syndicat représentant le plus grand nombre d’employés du gouvernement provincial est ouvert à un dialogue sur les dépenses publiques futures en Ontario mais il est contre un résultat prédéterminé si ce résultat signifie plus de dommages aux services publics.

« Nous faisons bon accueil à l’invitation du ministre des Finances Duncan de nous joindre à lui pour des consultations visant à établir un budget au printemps, » a déclaré le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, Warren (Smokey) Thomas. « Mais ces pourparlers vont se heurter à un mur si le véritable ordre du jour du gouvernement consiste simplement à couper et réduire ses dépenses pour se sortir de la récession aux détriment des services publics et des gens dévoués qui les dispensent. »

« Tâchons d’éviter de faire la même erreur que lors de l’imposition du contrat social de 1993. Les mesures arbitraires ne sont pas la façon de mettre en œuvre une politique saine au niveau fiscal et des relations de travail. »

Thomas a déclaré qu’il avait été offusqué par la déclaration du ministre devant la Chambre que l’Ontario était maintenant avant dernier pour ce qui est des dépenses de programmes par tête parmi les autres juridictions canadiennes.

« Qui peut se réjouir de cela ? Ce ne sont certainement pas les enfants qui ont besoin de la protection d’une Société d’aide à l’enfance ou ceux qui ont besoin d’un traitement dans nos services de santé aux personnes mentalement et physiquement handicapées surpeuplés et sous financés. Ce ne sont pas les personnes vivant dans les communautés dont les hôpitaux ont été fermés et les services d’urgence ont été éliminés ».

«Quand il s’agit de services publics en Ontario laissez-moi rappeler ceci au premier ministre McGuinty : il n’y a plus de gras à couper ! Tout ce qui reste c’est les muscles et les os et si on insiste pour plus de coupures l’Ontario risque de tomber à genoux ».

Le président du SEFPO à poursuivi en répétant son appel à rebâtir les services publics comme étant le moyen le plus sûr de restaurer la santé économique des communautés qui ont été les plus durement touchées durant cette récession.

«Partout en Ontario, dans des endroits tels que : Windsor, Durham, la péninsule du Niagara et le Nord où la récession a fait le plus de victimes, ce sont les chèques de paye du secteur public qui maintiennent les familles ensemble et les communautés intactes. Dans une telle équation les réductions du secteur public constituent une recette pour la création d’une situation désastreuse. »

L’Allocution du ministre des Finances de l’Ontario prononcée devant l'Assemblée législative peut être consultée à http://www.fin.gov.on.ca/fr/budget/fallstatement/
2009/index.html

Pour de plus amples renseignements :

Warren (Smokey) Thomas, Président du SEFPO, 613-329-1931 (cellulaire)

Greg Hamara, Communications du SEFPO, 647-238-9933 (cellulaire)