cas_opseu_french_banner.jpg

La journée syndicale-patronale du « ruban bleu » nous alerte sur la crise dans les services à l'enfance

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

TORONTO – Les syndicats et employeurs des Sociétés d'aide à l'enfance et organismes de santé mentale des enfants annonçaient qu'ils feraient de la Journée nationale de l'enfant (le 20 novembre) leur « Journée du ruban bleu », et qu'ils en profiteraient pour sensibiliser les gens à la situation précaire de certains organismes, qui, en raison de l'indifférence du gouvernement provincial, ne pourront bientôt plus répondre à leur obligation de protéger les enfants à risque.

« Les avis de mise à pied et les préparations en vue de déclarer faillite dans certaines sociétés d'aide à l'enfance signifient que l'heure approche », déclarait aujourd’hui même à Queen’s Park, Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Le gouvernement prétend faire de son mieux, mais lorsque tant d'organismes sont en déficit et que certains même envisagent des mises à pied et un dépôt de bilan, c'est un avertissement sur le risque que courent nos enfants », a ajouté Sid Ryan, président de la Division de l'Ontario du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Dans une initiative mixte inouïe, l'employeur et le personnel syndiqué des sociétés d'aide à l'enfance et des organismes de santé mentale des enfants marqueront la Journée nationale de l'enfant, ce vendredi 20 novembre, en portant des rubans bleus et en distribuant des signets portant un message avertissant le public du danger qui menacent nos enfants si le gouvernement n'intervient pas rapidement.

« Sans les fonds nécessaires, les sociétés d'aide à l'enfance ne pourront pas répondre aux allégations d'abus dans les délais prescrits », a fait remarquer Jeanette Lewis, directrice générale de l'Association ontarienne des sociétés d'aide à l'enfance (AOSAE).

« La recherche démontre que cinq enfants sur six qui ont besoin d'aide spécialisée pour des troubles mentaux n'en reçoivent pas », a souligné Gordon Floyd, directeur général, Santé mentale pour enfants Ontario.  « Et ceux qui demandent de l'aide font face à une attente moyenne de cinq mois et demi. »

La Société d'aide à l'enfance de la région de York a remis un avis de mise à pied à 18 membres de son personnel le 10 novembre.  Les Payukotayno James & Hudson Bay Family Services auront épuisé leurs fonds d'exploitation d'ici au 16 décembre et ont envoyé des avis de mise à pied aux 120 membres de leur personnel de direction et de première ligne.  Les Services à l'enfance et à la famille de Kenora-Patricia remettront des avis de mise à pied à leur personnel le 18 novembre et auront épuisé leurs fonds d'exploitation la troisième semaine du mois de décembre.

Le SEFPO et le SCFP représentent 11 0000 travailleurs dans les sociétés d'aide à l'enfance et organismes de santé mentale des enfants.  L'AOSAE représente 51 des 53 sociétés d'aide à l'enfance de la province.  Santé mentale pour enfants Ontario représente 81 centres de santé mentale pour enfants.

Pour de plus amples renseignements :

Megan Park, Service des communications du SEFPO 416-428-3090

Chris Watson, Service des communications du SCFP 416-553-9410

Marcelo Gomez-Wiuckstern, Service des communications de l'AOSAE 416-987-9648

Erin Boudreau, Service des communications, Santé mentale pour enfants Ontario 416-921-