Skip to content
news_notices_french.jpg

Mise à jour sur la mise en œuvre de la résolution d'urgence adoptée au Congrès

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a envoyé le message ci-dessous à tous les délégués, suppléants et observateurs au Congrès 2016 du SEFPO.

Le 1er juin 2016

Destinataires : Membres du Conseil exécutif du SEFPO, délégués, suppléants et observateurs
Expéditeur :
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Objet : Mise à jour sur la mise en œuvre de la résolution d'urgence adoptée au Congrès

Chers amis, chères amies,

Comme vous le savez, les délégués au Congrès 2016 du SEFPO ont voté en faveur d'une résolution d'urgence qui exige que notre syndicat prenne certaines mesures en ce qui concerne le harcèlement et la discrimination dans les milieux de travail du SEFPO. La résolution EB16, qui avait été présentée par le Conseil exécutif, a été adoptée, après un débat exhaustif, et parfois chargé d’émotions, par plus de 98 pour cent des délégués du Congrès.

Vous trouverez ci-dessous le libellé complet de la résolution EB16. Je vous écris pour vous donner une mise à jour des progrès que nous avons accomplis dans sa mise en œuvre.

Essentiellement, la résolution demande au syndicat de :

  • Établir un groupe de travail chargé d'examiner les politiques du SEFPO en matière de prévention du harcèlement et de la discrimination au travail;

  • Engager un consultant externe afin de procéder à l’examen de ces politiques, ainsi que de la procédure de règlement des plaintes et de la culture organisationnelle du SEFPO; et

  • S'assurer que l'examen n'interfère pas avec les questions administratives et les affaires criminelles en cours liées à des allégations de harcèlement sexuel, de discrimination et d’agressions sexuelles.

À ce jour, nous avons pris les mesures suivantes :

  • Le Conseil exécutif a nommé ses quatre représentants au groupe de travail. Il s’agit des vice-présidentes régionales, Debbie Tungatt (Région 2) et Sara Labelle (Région 3), et des membres du Conseil exécutif, Ed Arvelin (Région 7) et Chrisy Tremblay (Région 4). Forts de leurs expériences professionnelles et syndicales, ils apportent une expertise précieuse en matière de harcèlement sexuel et de discrimination.

  • Nous avons tenu les premières discussions avec nos deux syndicats du personnel. Nous attendons que l’Ontario Public Service Staff Union, qui représente le personnel du SEFPO, et que l’Administrative Staff Union, qui représente le personnel d'encadrement du syndicat, désignent leurs représentants. Dès qu’ils auront nommé leurs représentants, le groupe de travail commencera ses travaux.

  • Le SEFPO a engagé le consultant indépendant, Keith Jeffers, pour diriger cet examen. Monsieur Jeffers, un ancien sous-ministre adjoint du gouvernement de l'Ontario, possède 25 ans d'expérience dans « l'équité en matière d’emploi, la diversité, la gestion du changement et la gestion stratégique des ressources humaines ».  Pour en savoir plus sur lui et sa société, veuillez consulter le site Web de Employment Matters Consulting.

C'est tout ce qu'il y a de nouveau à ce jour. Je vous remercie de votre participation au débat pendant le Congrès. Je vous donnerai d’autres nouvelles de cette importante initiative au fur et à mesure de sa progression.

En solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

EB 16 – Conseil exécutif – Résolution d'urgence

ATTENDU QUE le Conseil exécutif a la responsabilité et l'obligation fiduciaire d'élaborer et de faire appliquer les politiques du syndicat, et d'agir en tout temps au mieux des intérêts du syndicat et de ses membres;

ET ATTENDU QUE le syndicat emploie plus de 300 employés qui sont représentés par deux agents négociateurs, ainsi que du personnel exclu en vertu de contrats de travail;

ET ATTENDU QUE les politiques du SEFPO en matière de prévention du harcèlement et de la discrimination au travail ont été récemment modifiées, et qu’elles sont assujetties à une révision annuelle;

ET ATTENDU QUE certains membres ont formulé des allégations au sujet d’un environnement de travail toxique au sein du syndicat, y compris des allégations de harcèlement sexuel systémique du personnel, qui ont abouti au dépôt d’accusations d’agressions sexuelles contre un ancien membre du personnel du SEFPO;

ET ATTENDU QUE les membres ont allégué que la culture organisationnelle du SEFPO a permis que de tels comportements continuent pendant des années sans y remédier;

ET ATTENDU QUE les allégations des membres, qui ont récemment été reprises par le plus important organe de presse du Canada, pourraient avoir une incidence sur le fonctionnement du syndicat dans la représentation de ses membres;

ET ATTENDU QUE le syndicat a tout intérêt à veiller à que ces allégations soient pleinement prises en compte;

IL EST DONC RÉSOLU QUE le Conseil exécutif créera un groupe de travail spécial composé de deux dirigeants du Conseil exécutif, de deux membres du Conseil exécutif, de deux membres de l’OPSSU, d’un membre de l'ASU, et d’un employé du personnel exclu;

IL EST EN OUTRE RÉSOLU QUE le groupe de travail passera en revue les politiques du SEFPO en matière de prévention du harcèlement et de la discrimination au travail et engagera un consultant indépendant et externe afin de procéder à l’examen de la politique de prévention du harcèlement et de la discrimination du SEFPO et de la procédure de règlement des plaintes et de la culture organisationnelle du SEFPO;

IL EST EN OUTRE RÉSOLU QUE le consultant présentera un rapport au groupe de travail et au Conseil exécutif; et

IL EST EN OUTRE RÉSOLU QUE le groupe de travail sera créé immédiatement et que l'examen externe sera mis en œuvre en veillant à ne pas porter préjudice aux processus juridiques ou autres qui sont actuellement en cours.