Skip to content
caata_opseu_french_banner.jpg

Mettre la technologie au service de l'apprentissage

SEFPO Personnel scolaire des colleges
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L'article de blogue ci-dessous a été rédigé par un membre de l'équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT:

L'apprentissage en ligne fait couler beaucoup d’encre depuis ces dernières années. Certains le considèrent comme la solution miracle pour rendre l'enseignement postsecondaire accessible à tous. D'autres, y compris certains administrateurs, estiment qu’il s’agit d’un excellent moyen pour réduire les coûts dans un contexte de sous-financement gouvernemental.

En cette période où les collèges publics de l'Ontario fêtent leur cinquantenaire, c'est le bon moment pour examiner la place de l'apprentissage en ligne dans notre système d'enseignement postsecondaire. Bien conçus, avec une bonne base pédagogique, les cours en ligne et hybrides/mixtes jouent un rôle important dans nos collèges, sauf que nous avons constaté que la qualité de ces cours n'est pas une priorité pour les administrateurs. Ces derniers sont bien plus intéressés par les économies de coûts que ces cours peuvent leur permettre de réaliser.

Dans ce numéro de la série, Les collèges publics de l'Ontario à 50 ans : un meilleur plan et dans la vidéo d'animation qui l’accompagne, vous verrez comment les préoccupations du personnel scolaire sur l'apprentissage en ligne sont liées aux enjeux qui ont été soulignés dans les précédents numéros.

Vous constaterez, par exemple, qu’en raison du manque de gouvernance collégiale et de liberté académique, le personnel scolaire a peu de prise sur la qualité des options en ligne qui sont proposées aux étudiants. On devrait faire appel au personnel scolaire, et à son expertise, pour déterminer les cours qui doivent être enseignés en ligne ou dans un format mixte, mais ce n'est guère le cas. En fait, il y a quelques années, l'administration du Collège Mohawk, faisant fi des préoccupations du personnel scolaire et des étudiants, a exigé que tous les cours soient enseignés dans un format hybride. Sans gouvernance collégiale, le personnel scolaire ne peut pas garantir une éducation de qualité aux étudiants.

Vous verrez également comment l'augmentation exponentielle du nombre d'étudiants et d’administrateurs depuis les trois dernières décennies, combinée à la stagnation du nombre de membres du personnel scolaire à temps plein, a engendré une hausse vertigineuse du nombre de cours en ligne qui sont offerts actuellement. Enfin, dans ce numéro, on examine aussi la façon dont la privatisation étend ses tentacules dans le contexte de l'apprentissage en ligne et ses répercussions.

Récemment, je discutais avec des collègues du bien-fondé de l'apprentissage en ligne par rapport à un cours traditionnel en classe. Nous avons demandé à une étudiante de nous donner son avis sur l'apprentissage en ligne. Elle a déclaré qu'elle préférait nettement les cours traditionnels en salle de classe parce qu'elle était bien plus motivée à étudier quand elle échangeait directement et régulièrement avec un professeur dans une salle de classe par opposition à un cours avec un professeur sans visage caché derrière un écran d'ordinateur. L’expérience de cette étudiante nous rappelle le message que les collèges de l'Ontario mettaient jadis de l’avant : des échanges directs et privilégiés entre les étudiants et leurs professeurs. Bien que l'apprentissage en ligne ait une place à tenir au sein du réseau collégial public de l'Ontario, rien ne peut remplacer la discussion animée et fructueuse et en personne qui a lieu dans une salle de classe entre les étudiants et leur enseignant.

Avec le soutien de nos membres, l'équipe de négociation est résolue à défendre les intérêts des étudiants et du personnel scolaire. Pour cela, il s’agit d’utiliser la technologie comme un outil servant à améliorer la qualité de l'éducation dans les collèges publics de l'Ontario tout en préservant le rôle essentiel de la relation étudiant-enseignant qui est au cœur même d'un réseau collégial solide et prospère.

Solidairement,

Ravi Ramkissoonsingh
Vice-président, section locale 242 du SEFPO, Collège Niagara
Membre de l’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT