Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Waypoint Centre for Mental Health Care refuse de négocier les préoccupations au plan de la santé et de la sécurité

Waypoint Centre for Mental Health Care refuse de négocier les préoccupations au plan de la santé et de la sécurité

We the North
We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L'équipe de négociation qui représente 1 200 employés au centre Waypoint a décidé de suspendre les pourparlers après que l'employeur ait refusé, le 24 juin dernier, d'examiner les propositions du syndicat relatives à la santé et à la sécurité des employés. 

« Ce n'est certainement pas le résultat auquel nous aspirions le deuxième jour des négociations, mais vu les risques pour la santé et la sécurité auxquels font face nos membres chaque jour, nous n'avons pas eu d'autre choix. »  « Nous parlons là de personnes qui entrent au travail en s'attendant d'être blessées et qui craignent pour leur vie. C'est inacceptable », a dit John Wardell, le président de l'équipe de négociation.

Depuis le déménagement dans un nouveau bâtiment en mai 2014, le personnel a observé une augmentation dans la fréquence et la gravité des agressions physiques commises par les patients. En outre, de nouveaux risques pour la santé et la sécurité découlant de problèmes structurels et technologiques avec le bâtiment s'ajoutent également à l'augmentation des incidents.

On compte au moins 13 incidents d'agression physique contre des employés qui ont causé des blessures. Plus récemment, le 15 juin dernier, un patient est sorti de sa chambre sécurisée en brandissant une épée faite maison; l'établissement a dû décréter le confinement aux chambres. Cette violation de sécurité a abouti à des mesures sans précédent de l'employeur. La police provinciale a été appelée, des accusations ont été portées contre le patient et on l'a sorti de l'établissement. Le ministère du Travail a également fait une enquête et délivré des ordres à l'employeur.   

Le ministère du Travail a été impliqué dans de nombreuses plaintes en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail et a remis de nombreuses ordonnances de conformité. On a vu des patients fabriquer des armes avec le mobilier, les prises murales et les bandes de métal qui se trouvent derrière les cloisons sèches.

On a observé des défaillances chroniques du système de verrouillage informatisé central de toutes les zones de l'établissement. Ces défaillances ont entraîné de nombreux confinements aux chambres et ont placé le personnel dans des situations de risque accru.  

« Personne dans cette province ne devrait s'attendre à se faire blesser, ou pire, au travail. Cet employeur peut participer au processus de négociation avec nous pour réparer les problèmes de santé et de sécurité qui existent à Waypoint. Ce doit être une priorité absolue dès aujourd'hui », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

Le syndicat déposera une demande de conciliation le 30 juin.

John Wardell, président de la section locale 329 du SEFPO
Cell. : (705) 717-1797

Greg McVeigh, délégué du personnel, SEFPO
Cell. : (705) 238-0511