Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les travailleurs en santé mentale de Waypoint exigent un lieu de travail plus sûr

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishine – « On m’a frappé si fort que j’ai perdu connaissance et souffert d’une hémorragie cérébrale », a dit un travailleur du Centre de soins de santé mentale Waypoint. « J’ai vu un patient jeter de l’eau bouillante au visage d’un de mes collègues », a dit un autre. Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario lance une nouvelle campagne aujourd’hui pour exiger la sécurité du milieu de travail au Centre Waypoint, pour un personnel qui, souvent, se rend au travail rempli de la crainte de ne jamais rentrer chez eux pour revoir les êtres qui leur sont chers.

Dès cette semaine, le SEFPO lance une série d’annonces radio sur Rock 95, à Barrie, et KICX 106, à Orillia, pour sensibiliser les gens. Des annonces pleine page paraîtront aussi dans le Mildland Mirror. 

Le Centre Waypoint loge un grand nombre de personnes qui ont commis des crimes graves, que l’on a jugées ne pas être criminellement responsables ou être inaptes à subir un procès dans un tribunal. Les attaques violentes commises par les patients contre le personnel sont de plus en plus nombreuses. Pourtant, les travailleurs disent avoir l’impression que leurs supérieurs se moquent de leur sécurité.

« Cette campagne pourrait en fait sauver la vie d’une personne », a déclaré Pete Sheehan, président de la section locale 329 du SEFPO. « Nous espérons envoyer un message clair à notre employeur, à notre première ministre, au ministre du Travail et au ministre de la Santé et Soins de longue durée, comme quoi nous ne pouvons et ne devrions simplement pas attendre qu’une personne meure pour faire quelque chose pour améliorer la sécurité du lieu de travail. »

Les dangers auxquels les travailleurs sont exposés sont multipliés par la structure de l’édifice, construit dans le cadre d’un partenariat public-privé. L’établissement devait être un hôpital général, ce qui fait que les murs entre les chambres sont faits de cloisons de plâtre. Les patients ont démoli des sections de murs et utilisé des matériaux de construction pour fabriquer des armes. Et c’est sans compter les nombreux incidents dus au mauvais fonctionnement de l'équipement de sécurité.

« J’ai travaillé dans le secteur de la santé mentale la plus grande partie de ma vie adulte et je sais d’expérience à quels dangers ces travailleurs sont exposés », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « Kathleen Wynne et le gouvernement libéral doivent intervenir et envoyer un message clair comme quoi la vie du personnel de première ligne du secteur de la santé mentale est importante. » 

« Personne ne devrait jamais aller au travail avec la crainte de ne pas en sortir vivant. » 

Pour plus d'information :  Pete Sheehan, 705-209-9050

Page de la campagne Rester en sécurité, être en sécurité