Skip to content

Waypoint doit prendre en considération les patients pour améliorer la sécurité des travailleurs, peut-on entendre dans la vidéo du SEFPO

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishene – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) a diffusé une nouvelle vidéo pour demander de nouvelles mesures de sécurité des travailleurs qui prennent en considération les patients et l'environnement de travail au Centre de soins de santé mentale Waypoint.

{“fid”:”29683″,”view_mode”:”default”,”fields”:{“format”:”default”,”filename_field[en][0][value]”:”Through the shadows : Dangerous and unpredictable”},”type”:”media”,”attributes”:{“alt”:”Through the shadows : Dangerous and unpredictable”,”class”:”media-element file-default”}}

La division de psychiatrie légale du Centre Waypoint, qui est un établissement à sécurité maximale, loge un grand nombre de personnes que l’on a jugées ne pas être criminellement responsables ou être inaptes à subir un procès dans un tribunal.  Il y a eu plusieurs attaques de patients contre le personnel dans cette institution au cours des derniers mois, dont certaines ont causées des blessures graves.

« Un membre du personnel, qui a été agressé par un patient dans la salle à manger, a perdu connaissance », témoigne une travailleuse de Waypoint dans cette cinquième vidéo du SEFPO de la série intitulée, Through the shadows.  « [Il a eu] des fractures et des dents cassées.  Durant l’intervention, un autre membre du personnel s’est fait arracher un morceau de chair d’un bras. »

Le personnel soignant de Waypoint estime que les gestionnaires pourraient améliorer leur sécurité au travail en mettant en œuvre de nouvelles mesures de sécurité telles que l’installation de portique de détection des métaux et l’embauche de personnel de sécurité dans tous les quartiers.

La division de psychiatrie légale du Centre Waypoint a été construite comme un hôpital général.  Les chambres des patients ont été construites avec des cloisons sèches et les dispositifs de sécurité actuels ne conviennent pas pour un établissement à sécurité maximale.   

« Oui nous avons des malades, oui il s'agit d'un hôpital,  [mais] c'est un hôpital qui héberge des délinquants violents.  Ce n'est pas un hôpital qui reçoit des personnes pour une opération de la vésicule biliaire », précise la travailleuse dans la vidéo.

« Ce que nous voyons à Waypoint contrevient totalement à la sécurité », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, qui a travaillé dans le domaine de la santé mentale la majeure partie de sa vie adulte. « Nous avons besoin de mesures de sécurité qui tiennent compte de l’environnement de travail particulier dans lequel évolue le personnel soignant. » 

« Nous savons que ces patients sont vulnérables et qu'ils ont été envoyés à Waypoint parce qu'ils sont très malades. Mais en ne remédiant pas à ces préoccupations légitimes sur la sécurité, Waypoint contribue à créer un environnement où les employés sont également vulnérables », ajoute le président Thomas.  « Je l'ai déjà dit et je le répète à nouveau : Waypoint doit procéder à certains changements importants avant que quelqu'un perde la vie. »

Cliquez ici pour regarder la vidéo

Renseignements:  Pete Sheehan, 705-209-9050