Skip to content
opseu_in_the_news_fr.jpeg

Les travailleurs de Waypoint « craignent pour leur vie »

Dans un article très approfondi, The Midland Mirror décrit les conséquences graves qu’engendrent les conditions de travail dangereuses auxquelles les membres du SEFPO sont confrontés au Centre de soins de santé mentale Waypoint.

« Vous ne pouvez pas traîner un patient hors de sa chambre, vous battre avec lui, lui enfoncer une aiguille dans le corps, puis tenter, le lendemain, de lui dispenser des soins infirmiers en toute sérénité », a déclaré Steven Whearty, membre du personnel à Waypoint, qui est en arrêt de travail à cause d’un état de stress post-traumatique (ÉSPT) lié au travail qu’il a dû faire.

« J’avais une cible dans le dos. »

Le président de la section locale 329 du SEFPO, qui représente les travailleurs de Waypoint, dit que Steven Whearty n’est pas un cas isolé.

« Nous avons été formés pour être des soignants. Nous ne sommes pas formés pour être des agents de sécurité », a déclaré Pete Sheehan. « Si l’employeur embauchait du personnel de sécurité, nos membres n’auraient pas à craindre pour leur vie en se rendant au travail. »