Skip to content
news_notices_french.jpg

Ça nous appartient à Thunder Bay pour défendre les services publics

Thunder Bay We Own It town hall meeting
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Durant une assemblée publique émouvante qui a eu lieu à Thunder Bay le 6 septembre dernier, près de 50 citoyens, politiciens et journalistes ont entendu parler des dangers de la privatisation dans leur communauté.

« Mon enfant ne peut pas obtenir l’aide dont il a besoin. J’ai lutté si dur, et pourtant, je ne suis arrivée nulle part », a déclaré Erin Smith-Rice, au bord des larmes. « Nos services publics sont loin de répondre à nos besoins. »

thunder_bay_town_hall_56.jpg

Une des quatre conférenciers durant l’événement, Madame Smith-Rice a déclaré qu’il était temps que tous les résidents de Thunder Bay et de tout l’Ontario reconnaissent que des décennies de privatisation et de réductions des impôts des sociétés ont eu des conséquences graves voire même mortelles.

« De plus en plus de gens souffrent. Nous comptons davantage de sans-abri. Nous observons une hausse des toxicomanies. Nous ne pouvons plus couper. Nous devons lutter pour les services dont nous avons besoin. »

Ed Arvelin, membre du Conseil exécutif du SEFPO, qui animait l’événement, a déclaré que la campagne Ça nous appartient du syndicat aide à défendre les services publics.

« Nous avons lancé un mouvement en Ontario qui nous aidera à récupérer nos services publics », a déclaré Ed Arvelin. « Nous savons, grâce à nos efforts en vue de sauver ServiceOntario et le programme SOS à la Shelter House que nous pouvons accomplir des choses incroyables quand nous travaillons ensemble. 

« C’est en travaillant ensemble sur la campagne Ça nous appartient que nous pourrons reconstruire nos services publics. »

thunder_bay_town_hall_7.jpg

Mike Lundy, organisateur de l’événement et orateur, aussi agent correctionnel membre de la section locale 708 du SEFPO, a déclaré que les prisons de l’Ontario ont si peu de fonds actuellement qu’elles doivent forcer les détenus à tomber encore plus bas dans une vie de criminalité.

« On pensait autrefois à aider les détenus à apprendre un métier, à leur redonner confiance en eux, de façon qu’à leur libération, ils puissent mener une vie productive », a-t-il déclaré. « Mais de nos jours, les cuisines sont privatisées. La fabrication des plaques d’immatriculation a été privatisée. Les fermes sont fermées. »

« Nos prisons se sont transformées en universités criminelles. Nous ne donnons aucun service ou soutien aux détenus; tout ce que nous faisons, c'est les encourager à tomber encore plus bas dans leur vie de criminalité. »

Owen Smith, travailleur dans un collège communautaire retrace l’augmentation des frais de scolarité et de la dette étudiante à la privatisation de biens publics comme Hydro One et l’autoroute 407.

« En vendant ces biens qui produisent des revenus, nous nous voyons avec moins d’argent pour investir dans nos étudiants », a-t-il dit. « Cela finira par nous faire encore plus de mal à l’avenir. »

Laurie Koval, travailleuse en santé mentale, a donné un exemple spécifique de privatisation ayant fait défaut aux clients et à la communauté : les cliniques de traitement à la méthadone.

« Thunder Bay compte le nombre le plus élevé de cliniques de méthadone par habitant au Canada, et Thunder Bay compte aussi le nombre le plus élevé par habitant de décès accidentels liés à la méthadone au Canada », a déclaré Madame Koval. « Ces cliniques privées n’ont aucun intérêt à sevrer leurs clients, et elles ne le font pas. »

Après tous les discours, Andrew Foulds, conseiller municipal à Thunder Bay, a donné son appui à la campagne.

« Je ne pense pas que le public se rende compte du mal que nous fait la privatisation », a-t-il dit pendant l’assemblée. « Je tiens à reconnaître tout le travail que les mobilisateurs de la campagne Ça nous appartient ont fait et que le SEFPO a fait pour éduquer les gens à propos de la privatisation. »

« Des mouvements doivent commencer quelque part et j’estime sincèrement que Ça nous appartient est le catalyseur d’un mouvement digne de ce nom. Vous faites une véritable différence. Merci. »

thunder_bay_town_hall_ea_5.jpg