Skip to content

Hebdo Ça nous appartient : Le militantisme populaire a-t-il permis de sauver l'usine de semences?

L’usine de semences est-elle sauvée? La communauté convainc le gouvernement de suspendre la privatisation

Une campagne populaire victorieuse a permis d’accorder un sursis à l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario.

Service public de petite taille mais essentiel situé à proximité de Barrie, l’usine de semences de l’Ontario est dotée d’un personnel hautement qualifié qui extrait, entrepose, nettoie, teste et distribue des milliards de semences forestières chaque année, dont 50 espèces natives de notre province.

Le gouvernement précédent complotait pour privatiser cette installation, mais les protestations locales ont été si fortes que le nouveau gouvernement a décidé de revoir la décision.

L’usine de semences fonctionne actuellement avec un effectif réduit. Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, recommande vivement au gouvernement de ramener l’effectif à son niveau normal.

« J’ai déjà écrit au ministre pour le remercier d’avoir accepté de revoir la décision de fermer l’usine des libéraux », a déclaré M. Thomas. « Je recommande vivement au ministre de rappeler l’effectif complet à l’usine pendant son examen. C’est la seule façon pour l’usine d’être pleinement opérationnelle pendant ce temps. »

Le prix de l’eau chute après que la communauté « congédie » la compagnie privée en charge de l’eau

Après le « congédiement » de la Golden State Water Company par ses clients, dans un vote en 2013, le prix de l’eau a chuté de près de 65 pour cent dans la communauté d’Ojai, en Californie.

Une fois l’installation à nouveau entre les mains de l’État, les citoyens ont été choqués de constater dans quel état la compagnie privée avaient laissé les tuyaux. « Avec tout l’argent qu’elle avait accumulé, l’entreprise privée a laissé un réseau d’eau en décrépitude totale », a déclaré Russ Baggerly au Santa Barbara Independent.

Mais les problèmes ont rapidement été résolus et la communauté économise maintenant 3 millions de dollars par année!

La privatisation des soins de santé fait du mal à toute la province

Les deux grèves qui se prolongent dans des cliniques de santé familiale et la crainte d’une infection dans une clinique près d’Ottawa ne sont que quelques-uns des résultats du « jeu sordide et dangereux » que joue le gouvernement en voulant privatiser les soins de santé.

Il est évident que la privatisation des soins de santé est un jeu sordide et dangereux », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO. « Sommes-nous réellement disposés à confier la santé de nos communautés à des propriétaires d’entreprises privées? »

« Patients et profits ne font pas bon ménage; l’appât du gain est la maladie la plus endémique qui soit dans notre système de soins de santé actuel », a encore dit M. Thomas. « Et ce sont les patients qui en souffrent. »

La présidente-directrice générale de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario se fait l’écho des préoccupations exprimées par M. Thomas. Dianne Martin a pris la parole après avoir appris que les propriétaires de la clinique Family Health Organization d’Owen Sound envisageaient de supprimer tous les postes de soins infirmiers pour réduire les coûts et augmenter les profits.

« Les patients méritent d’avoir accès à des soins infirmiers », a déclaré Mme Martin dans le Owen Sound Sun Times, ajoutant que les infirmières autorisées respectent des normes professionnelles qui reposent sur l’intégrité, la confidentialité et la relation thérapeutique, pour lesquelles elles sont tenues de rendre compte à l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario, ainsi qu’à leur employeur.

« C’est sans compter que les personnes qu’on embauche pour prodiguer des soins infirmiers ont une formation d’infirmière. »


Pour plus d’information, visitez https://sefpo.org/ca-nous-appartient.

La campagne Ça nous appartient du SEFPO publie chaque semaine un bulletin appelé Hebdo Ça nous appartient. C’est un tour d’horizon des nouvelles et de l’information sur le mouvement grandissant visant à protéger nos communautés de la privatisation.

Pour recevoir le bulletin directement, inscrivez-vous sur le site Web de la campagne Ça nous appartient. Vous pouvez également suivre la campagne sur sa page Facebook et son flux Twitter