Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Selon Monsieur Thomas, du SEFPO, le transfert de la richesse qui apparaît dans le budget est le sujet d’actualité inédit le plus important en Ontario

TORONTO – Le Budget de l’Ontario 2016 continue son transfert pluriannuel massif de richesse, « sujet d’actualité inédit le plus important en Ontario », a déclaré aujourd’hui même le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Depuis la récession, les budgets du gouvernement libéral ont mis l’accent sur la réduction des services publics et le déversement de notre argent dans des projets d’infrastructure privatisés », a encore dit Warren (Smokey) Thomas. « Le budget d’aujourd'hui n'est pas différent. Les réductions se poursuivent. La privatisation continue. Une chute d’argent de l’immensité des chutes du Niagara se déverse du gouvernement dans le secteur privé. »

Selon le budget, les dépenses de programmes en Ontario ont plongé de 17,9 pour cent du PIB en 2009-2010 à 16,2 pour cent aujourd’hui. La différence représente 13,2 milliards de dollars par année – un chiffre qui ne fera qu’augmenter au fur et à mesure que la part de dépenses du PIB tombera pour atteindre 15 pour cent en 2018-2019.

« Les 137 milliards de dollars que les libéraux envisagent de dépenser sur les projets d’infrastructure physique au cours des 10 prochaines années proviendront de la vente de biens publics et de réductions des services au peuple ontarien », a encore dit Monsieur Thomas. « Tous ces projets d’infrastructure impliqueront des partenariats public-privé, qui sont essentiellement des machines à sous pour les entreprises de construction, les avocats de sociétés et les financiers de la rue Bay. »

Le budget contient d’autres transferts de richesse aussi, selon Monsieur Thomas.

« En transférant des milliards de dollars du secteur public dominé par les femmes au secteur de la construction dominé à 88 pour cent par des hommes, Kathleen Wynne ne fait qu’élargir l’écart salarial entre les sexes », a-t-il ajouté. « En vendant la bière et le vin dans les épiceries, Madame Wynne déplace les profits de la vente d’alcool des coffres publics aux coffres des grandes chaînes d’alimentation. En nous faisant tous payer plus cher pour aller au travail en voiture tandis qu’on donne un laissez-passer aux entreprises les plus pollueuses, elle lutte contre le changement climatique aux dépens de ceux et celles qui peuvent le moins se le permettre.

« Ed Clark a rédigé chaque page de ce budget », a-t-il encore dit, en parlant de l’ex-conseiller bancaire de la première ministre Kathleen Wynne. « Ce dont nous avons besoin, c'est d’un budget dans lequel on accorde la priorité aux gens comme vous et moi, pas aux banquiers. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un budget dressé par Bernie Sanders. »

Les modestes augmentations prévues dans le budget pour certains services publics sont couvertes par les réductions au niveau d’autres services publics, insiste Monsieur Thomas. Le plan de dépenses inclut 800 millions de dollars de coupures non encore identifiées. Il vise aussi à modérer les salaires partout à travers la fonction publique provinciale.

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931