longterm_care_french.jpg

Le mandat de l'enquête Wettlaufer doit examiner les problèmes systémiques au niveau des soins de longue durée

C'est dans ma nature de prendre soin de vous. Soins de longue duree SEFPO
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Une enquête publique sur les meurtres de huit résidents d’établissements de soins de longue durée commis par Elizabeth Wettlaufer doit inclure un examen détaillé des causes sous-jacentes de la violence dans ces établissements, a déclaré le président du Syndicat des employés de la fonction publique (SEFPO).

« Tandis que nous nous félicitons de la nomination de Madame la Juge Eileen Gillese à titre de présidente de l’enquête, et tant horribles que fussent les crimes commis par Madame Wettlaufer, je lui recommande d’élargir la portée de l’enquête pour inclure des problèmes tels que la grave pénurie d’effectifs, les normes minimales, la sécurité et les conséquences d’une population vieillissant rapidement, qui exercent des pressions encore plus grandes sur un système, en Ontario, de soins de longue durée déjà en piteux état. »

« Nous ne devons pas perdre de vue le fait qu’en plus de ces huit meurtres, on recense 25 homicides commis par des résidents à l’intérieur d’établissements de soins de longue durée au cours des quatre dernières années seulement. Notre province se trouve face à une crise des soins de longue durée et de plus en plus d’établissements tombent sous l’égide d’une petite poignée de sociétés privées majeures. Les familles touchées par ces meurtres et tous les homicides perpétrés dans les maisons de soins de longue durée méritent une réponse. Le public mérite de savoir si cette vague de décès insensés résulte de facteurs systémiques plus importants. »

Monsieur Thomas a également attiré l'attention sur la date limite de l’enquête de juillet 2019. 

« Mes craintes sont qu’avec un délai supplémentaire (juillet 2019), le gouvernement risque d’esquiver ses responsabilités face à la crise dans le secteur des soins de longue durée, juste à temps pour les élections provinciales de juin 2018. En Ontario, les soins de longue durée se doivent d’être une priorité de la prochaine campagne électorale », nous dit-il.

Le SEFPO représente plus de 5 000 travailleurs dans les établissements de soins de longue durée et maisons de retraite de la province. De nombreux membres se sont adressés à des comités législatifs dans le passé en ce qui concerne les conditions à l’intérieur de l’industrie des soins de longue durée. Il a dit que le SEFPO accueillerait avec plaisir l’occasion de comparaître devant la commission d’enquête Wettlaufer.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931