Skip to content
news_notices_french.jpg

Nous avons lutté pour obtenir la prime liée à la pandémie pour tous

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chères amies, chers amis,

Rien n’a peut-être été plus controversé ces derniers mois que la primé liée à la pandémie initiée par le gouvernement provincial et financée par le gouvernement fédéral.

Bien que la prime liée à la pandémie ait été en général bien reçue par celles et ceux qui ont reçu une augmentation temporaire de salaire, la nature exclusive du programme a causé beaucoup de dérision et de division parmi les travailleurs de première ligne.  Ces conséquences indésirables sont en effet regrettables.

Dès le début, le Conseil exécutif du SEFPO/OPSEU a compris qu’il y aurait un certain sentiment d’iniquité parmi les travailleurs de première ligne qui sont exclus de la liste des employés admissibles à la prime liée à la pandémie. C’est la raison pour laquelle nous avons adopté une motion qui exclut le prélèvement des cotisations sur la prime liée à la pandémie.

Comme la prime liée à la pandémie ne fait partie de la convention collective d’aucune de nos unités, elle ne peut ni faire l’objet d’un grief ni être contestée dans aucun autre forum sur les relations de travail. Nous avons reçu de nombreux courriels et appels téléphoniques au siège social nous demandant une représentation sur l’élargissement de la liste de la prime liée à la pandémie. Il est important de réitérer ici que le SEFPO/OPSEU a continué de faire pression sur les deux paliers de gouvernement pour que la liste soit aussi inclusive que possible. Ces efforts de lobbying n’ont malheureusement pas produit les résultats escomptés du fait que les gouvernements ont signalé un manque de fonds pour étendre le programme encore davantage.

Le gouvernement a récemment annoncé qu’il accordait des augmentations salariales temporaires aux préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) et aux préposés aux services de soutien direct (PSSD) jusqu’au printemps prochain. Comme ces améliorations salariales n’ont pas été négociées et ne font pas partie de la convention collective, le SEFPO/OPSEU maintiendra la cohérence en ne déduisant pas les cotisations sur ces augmentations salariales supplémentaires. Je crois que nous sommes peut-être l’un des syndicats, sinon le seul, à adopter cette position. Pourquoi? Pour des raisons d’équité et de transparence.

Bien que la prime liée à la pandémie ne soit pas la panacée en matière de rajustements sur l’égalité salariale, elle a au moins eu l’avantage de placer les emplois à bas salaires sur l’écran radar et de montrer ouvertement à la population que les travailleurs de première ligne doivent être rémunérés équitablement et correctement pour leur travail. À mesure que nous nous dirigeons vers de prochaines négociations, soyez assurés que nos équipes rappelleront à tous les employeurs — y compris au gouvernement — leur responsabilité et obligation morale de dédommager les héros de première ligne en raison des services qu’ils procurent et des risques qu’ils prennent.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO/OPSEU

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier du SEFPO/OPSEU