Skip to content
pensions_and_benefits-fr-page-banner.jpg

Nous venons de remporter une victoire à propos des avantages sociaux des retraités, nous dit Smokey Thomas

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a envoyé la lettre ci-dessous aux membres du SEFPO qui participent à la Fiducie de pension du SEFPO (OPTrust).


Note de service

Destinataires : Tous les membres du SEFPO qui participent à la Fiducie de pension du SEFPO

Expéditeur : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO

Date : 16 novembre 2016

Objet : Nous venons de remporter une victoire à propos des avantages sociaux des retraités

Chères consœurs, chers confrères,

J'ai de très bonnes nouvelles à propos de notre négociation avec le gouvernement de l'Ontario en ce qui concerne les avantages sociaux des retraités dans le cadre de la Fiducie de pension du SEFPO (OPTrust).

En vertu d'une entente conclue avec le SEFPO, ratifiée par le gouvernement aujourd'hui :

  1. Les membres de la Fiducie qui travaillent actuellement et qui ont au moins 10 années de service lorsqu'ils prennent leur retraite le 1er janvier 2017 ou par la suite pourront choisir entre :
  1. payer la moitié du coût de leurs primes d'avantages sociaux au titre du régime existant (Plan A) OU
  2. recevoir un ensemble d’avantages sociaux modifié (Plan B) à aucuns frais.
  1. Les membres de la Fiducie qui prennent leur retraite avant le 1er janvier 2017 continueront de bénéficier du régime existant (Plan A) à aucuns frais.  Cette disposition est inchangée par rapport à la proposition initiale que le gouvernement avait déposée en 2014.
  1. Les membres de la Fiducie qui ont pris leur retraite après le 18 février 2014 seront admissibles aux concours restreints dans leur unité de négociation du SEFPO avec leur ancienneté intacte comme s'ils travaillaient encore, jusqu'au 31 décembre 2017.

Le plus grand changement ici, bien sûr, est le premier.  Le 18 février 2014, le gouvernement a annoncé qu'à compter du 1er janvier 2017, il obligerait tous les membres de la Fiducie de payer la moitié du coût de leurs primes d'avantages sociaux.  Pour les personnes seules, cela aurait coûté environ 900 $ par année.  Pour les membres ayant des familles, le coût serait de 1 600 $ environ.

Étant donné que la pension moyenne d'un membre de la Fiducie est inférieure à 21 000 $ par année, ce n'est pas un petit coût à supporter.  L'entente annoncée aujourd'hui préserve les avantages sociaux pour ceux qui prennent leur retraite après le 1er janvier 2017 et réduit le coût de ces avantages sociaux à presque rien.

Les avantages sociaux, sont-ils les mêmes dans le cadre du Plan B ?  Non, pas exactement.

  • Dans certains cas, les avantages découlant du nouveau Plan B sont meilleurs.  Par exemple, l'entente élimine la franchise pour les médicaments extrêmement coûteux.
  • Dans certains cas, les avantages du Plan B sont exactement les mêmes que ceux prévus dans le Plan A actuel.  Par exemple, il n'y a pas de changement dans la couverture du matériel requis par les membres atteints de diabète.
  • Dans certains cas, les prestations sont inférieures dans le cadre du Plan B par rapport au Plan A. Par exemple, le plan B n'inclut pas la couverture des prothèses dentaires ou de l'orthodontie.

Cela dit, je pense que vous serez d’accord avec moi que le Plan B représente une nette amélioration par rapport à ce que le gouvernement avait offert jusqu'à présent.

Dans la mesure du possible, nous avons abandonné uniquement les choses dont les membres n'avaient probablement pas besoin à la retraite, comme l'orthodontie.  Ou nous avons étiré les délais pour accéder à certains avantages, tels que les lunettes.  Ou nous avons accepté que, dans certains cas, les membres devaient payer une petite franchise pour utiliser un service.  Pour les services paramédicaux comme la physiothérapie ou les traitements chiropratiques, nous avons opté pour prendre des paiements de 100 pour cent jusqu'à un montant maximum au lieu de 25 $ par visite à un montant plus élevé.

En tant que membre de la Fiducie, vous devrez décider pour vous-même à quel point c'est une bonne affaire, en fonction des avantages que vous attendez d'avoir à la retraite.  Je vous conseille de faire la comparaison vous-même en lisant le tableau publié en ligne ici.  Je pense que pratiquement tous les membres qui prendront leur retraite à compter du 1er janvier 2017 choisiront le Plan B.

Cette entente montre ce qui se passe lorsque nous faisons ensemble la campagne de mobilisation.  Nous avons toujours été un syndicat de campagnes de mobilisation, et l'entente annoncée aujourd'hui à propos des avantages sociaux des retraités n'est qu'un exemple de ce que nous pouvons accomplir quand nous travaillons tous ensemble.

Cette campagne était à multiples facettes.  Les membres de la Fiducie ont communiqué leur mécontentement au gouvernement dès le début, et ils n'ont pas cessé.  Suite à nos réunions divisionnaires de la Fonction publique de l'Ontario à la fin du mois d'octobre, plus de 1 000 membres ont envoyé un courriel à la première ministre et à tous les députés à ce sujet et  d'innombrables autres leur ont envoyé par la poste nos cartes postales « Tenez votre parole ».

Combiné à ce travail de campagne de mobilisation a été le lobbying face à face.  La réunion à laquelle nous avons assisté, le premier vice-président et trésorier, Eduardo (Eddy) Almeida, et moi-même, avec la présidente du Conseil du Trésor, Liz Sandals, en octobre a marqué un tournant.  C'est alors que la politicienne qui pourrait prendre des décisions a finalement entendu ce que nous avons dit à son personnel depuis près de deux ans.

Notre stratégie de négociation était simple : ne jamais abandonner.  Nous savions depuis le début que l'attaque aux avantages sociaux des retraités était une attaque injuste contre des milliers de travailleurs qui avaient consacré toute une vie de service à la province.  Nous savions que les victimes seraient des personnes âgées à faible revenu, et surtout des femmes – deux groupes dont le gouvernement Kathleen Wynne a souvent prétendu s'occuper.  Tout simplement, nous avons continué à insister sur notre point de vue.

Enfin, nous avions une solide stratégie juridique.  En plus des 1 400 griefs individuels des membres du SEFPO, nous savions que le grief de politique faisait valoir que le gouvernement n'avait aucun droit de modifier les avantages sociaux des retraités sans négociations.  Lorsque la Commission de règlement des griefs a rejeté les objections préliminaires du gouvernement à nos griefs, nous savions alors qu'il y avait de fortes chances que la Commission nous accorde un redressement provisoire, si nous le demandions, ce qui ralentirait le plan du gouvernement.

C'est pourquoi le gouvernement a choisi – enfin – de négocier avec nous. C'est pourquoi je n'hésite pas à qualifier cela une victoire pour notre syndicat.  Cette nouvelle entente règle tous nos griefs autour des avantages sociaux des retraités d'une manière que je crois que la plupart des membres de la Fiducie trouveront plus que satisfaisante.

Le texte intégral du protocole de l’entente conclue entre le SEFPO et le gouvernement est publié ici. Veuillez surveiller notre site Web pour la publication d’une foire aux questions.

Pour obtenir des réponses aux questions que vous pourriez avoir, veuillez nous envoyer un courriel à PensionsandBenefits@opseu.org.

Merci de votre patience tout au long de ce processus.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

c.c. : Conseil exécutif du SEFPO

Télécharger cette note de service