Skip to content
news_announcements_french.jpg

Sans éducation, il ne peut pas y avoir de progrès

Ce 24 janvier 2020, on célèbre la deuxième Journée internationale de l’éducation. C’est l’occasion de se pencher sur l’importance de l’éducation dans les sociétés à travers le monde, et plus particulièrement ici, en Ontario. 

Les Nations Unies ont proclamé cette journée afin de mettre en lumière le rôle essentiel de l’éducation dans notre bien-être collectif et reconnaître que l’éducation est non seulement un droit fondamental, mais également notre plus grande ressource renouvelable.

L’éducation génère des opportunités  et favorise l’autonomie des personnes en les responsabilisant et en leur procurant les outils dont elles ont besoin pour avoir le contrôle de leur propre vie et contribuer pleinement à nos quartiers, à nos villages et à notre société en général. Grâce à l’éducation, nous pouvons développer notre sens pour la justice sociale et environnementale et protéger les droits les plus importants des travailleurs, tels que leur droit à un salaire décent ou à un environnement sain pour assurer le bien-être humain et économique. L’éducation est un outil puissant pour réduire et éliminer la pauvreté et les inégalités.

L’éducation est de surcroît la clé qui permet de bâtir une paix durable, parce que là où stagne l’ignorance, il y a de la violence et de la corruption.

Le SEFPO est profondément enraciné dans l’éducation, notamment par l’entremise des membres du personnel scolaire et des travailleurs de soutien des collèges, des travailleurs de soutien dans les conseils scolaires de toute la province et des nombreux membres qui travaillent dans les universités ontariennes et procurent nombre de services, tels que l’aide à l’éducation, la sécurité, la bibliothèque ou le fonctionnement des cafétérias.

Mais nos membres du secteur de l’éducation voient malheureusement le gouvernement Ford augmenter le nombre d’élèves dans les salles de classe et mettre à pied des enseignants. Dans nos collèges et universités, qui sont aux prises avec un sous-financement chronique, il a réduit les droits de scolarité de 10 pour cent, mais il a laissé les établissements d’enseignement postsecondaire faire face au manque à gagner.

L’éducation est le moteur qui fait avancer l’Ontario et son économie. Elle assure la prospérité d’aujourd’hui et l’espoir de demain.

C’est la raison pour laquelle, à l’occasion de cette deuxième Journée internationale de l’éducation, nous remercions tous les membres du SEFPO du secteur de l’éducation qui font preuve d’un dévouement et engagement sans bornes à l’égard de nos enfants.

En solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO