Les inspecteurs et inspectrices de la sécurité au travail sont essentiels pour le régime de délivrance de permis des agences de placement temporaire

Toronto – Après des années d’appel à l’action au gouvernement provincial, l’OPSEU/SEFPO se réjouit de voir un projet de loi visant à protéger les personnes employées par les agences de placement temporaire, disant que c’est un pas dans la bonne direction vers l’équité et la justice pour les travailleurs et travailleuses les plus vulnérables de l’Ontario.

La province a annoncé un nouveau régime de délivrance de permis, où les agences de placement temporaire seront contrôlées, devront être titulaires d’un permis et seront inspectées pour le traitement illégal des travailleurs, y compris le vol de salaire et les frais de recrutement illégaux.

« Les travailleurs et travailleuses ont plus que jamais besoin d’être protégés contre ces avides agences de placement temporaire », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO Warren (Smokey) Thomas. « Il est inacceptable que ces entreprises géantes volent les salaires des employés et les envoient travailler dans des conditions extrêmement dangereuses avec si peu de respect pour leur santé, leur sécurité ou même leur vie. »

« Ces agences s’attaquent aux travailleurs et travailleuses les plus vulnérables – qui sont souvent des femmes, des immigrants et des membres des communautés racialisées – durant l’une des périodes les plus difficiles de l’histoire moderne », a déclaré le président Thomas. « C’est criminel et il est grand temps que ça s’arrête. »

Dans le cadre de son plan, la province a proposé la création d’une équipe spéciale qui serait composée d’inspecteurs et d’inspectrices de la sécurité au travail chargés d’identifier les cas d’exploitation. La province pourrait alors imposer des sanctions plus strictes et même fermer les agences de placement temporaire qui exploitent leur personnel.

Bien que le syndicat appuie l’appel de la province à des sanctions plus strictes et le recouvrement des salaires impayés, le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, dit que la réussite de cette initiative dépendra du travail effectué par les inspecteurs et inspectrices de la sécurité au travail.

« Nous devons lutter contre les conditions déplorables et les activités illégales qui sévissent dans ces coins sombres du marché du travail si nous voulons résoudre le problème », a déclaré Eddy Almeida. « Nos inspecteurs de la sécurité au travail sont au cœur de cette lutte. Si l’administration actuelle veut sérieusement rééquilibrer l’échelle de la justice en faveur des travailleurs et travailleuses vulnérables – et nous pensons qu’elle le souhaite – elle devrait embaucher beaucoup plus d’inspecteurs et d’inspectrices pour accomplir ce travail vital. »

L’OPSEU/SEFPO représente fièrement des centaines d’inspecteurs et d’inspectrices au ministère du Travail, dont les exigences en matière de charge de travail ont augmenté de façon exponentielle durant la crise de la COVID-19.

« Je suis fier de dire, et heureux de voir, que tout notre travail avec le ministre McNaughton et son personnel donne des résultats », a ajouté le président Thomas. « La conversation et la collaboration, contrairement aux échanges d’invectives, permettent de réaliser bien des choses. Ce gouvernement nous écoute et ce sont les véritables travailleurs et travailleuses qui en bénéficient. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org