Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement Wynne doit reconnaître que le système de soins à domicile est défectueux

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

(Toronto)  Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a publié aujourd'hui la déclaration suivante :

« Dans le Rapport spécial sur les centres d’accès aux soins communautaires (CASC) qui a été publié aujourd'hui, la vérificatrice générale de l'Ontario, Bonnie Lysyk, affirme que le gouvernement doit faire un examen attentif de la prestation des soins de santé et des services de soutien connexes à domicile et en milieu communautaire de la province et de leurs fournisseurs de services tiers.

Pour la vérificatrice générale, un examen attentif est une façon de dire que le système est défectueux et a besoin d'une révision complète.  Nous sommes d'accord. Avec le système actuel, les résidents de l'Ontario ne reçoivent pas les soins de qualité qu'ils méritent.  Bien trop d'argent est consacré à la rémunération et au profit des gestionnaires.  Seulement 61 % des deniers publics sont affectés au traitement en personne des patients.

En sous-traitant des services à des organismes tiers, on a introduit une marge de profit supplémentaire dans le système de soins à domicile de la province. Le résultat se traduit par une érosion de la qualité des soins aux patients et par la destruction de bons emplois pour les professionnels de la santé.

Le SEFPO a une expérience concrète de cette réalité avec la grève du personnel des soins à domicile de CarePartners qui dure depuis cinq mois.  Certaines de leurs infirmières gagnent moins que le salaire minimum.

Avec le système actuel, la prestation des services varie beaucoup d'une région à l'autre.  Si vous êtes chanceux, vous vivez dans une région où le CASC traite les patients de façon responsable.  À cent kilomètres de distance, un autre patient pourrait recevoir des soins de moins bonne qualité.  Dans un système financé par les deniers publics, le modèle de prestation des services ne devrait pas être un jeu de hasard.

Nous avons besoin d'un système transparent où les patients restent la priorité absolue.  Tous les organismes tiers sous contrat avec les CASC devraient être tenus d'ouvrir leurs livres de compte.  La transparence est toujours la meilleure solution.

Bâtir un bon système de soins à domicile en Ontario sera une tâche considérable, mais nos membres souhaitent contribuer à bâtir le meilleur système au Canada. »

-30-