Skip to content
news_press_releases_french.jpg

« Interventions médicales élargies » : la première ministre Wynne fait mauvaise route

Illustration of ambulances
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le plan du gouvernement libéral de l’Ontario d’élargir le rôle des pompiers pendant les appels d’urgences médicales va coûter cher et sera dangereux, selon le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).

Plus tôt cette semaine, la première ministre Kathleen Wynne annonçait que la province financerait un projet pilote dans deux municipalités pour tester ce qu’on appelle les « interventions médicales élargies », un projet qui attribue aux pompiers un plus grand rôle dans les soins pré-hospitaliers.

« En dépit de certains changements positifs annoncés par la première ministre, le modèle qu’elle propose entraîne les services d’urgence sur le mauvais chemin », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO. « Si ce gouvernement voulait réellement améliorer et moderniser nos services médicaux d’urgence (SMU), alors il devrait insister sur les changements utiles dont notre système a vraiment besoin.

« Notre système de SMU fonctionne bien et permet de sauver des vies chaque jour. Au lieu de le faire dérailler avec un plan qui n’est étayé par aucun élément de preuve, le gouvernement devrait plutôt augmenter les fonds accordés aux services ambulanciers. C’est de cela dont le système a besoin. »

Fier de représenter plus de 2 100 techniciens ambulanciers dans 20 communautés à travers l’Ontario, le SEFPO avait demandé d’augmenter le nombre d’unités d’intervention médicales d’urgence, appuyées par les ambulances, afin de réduire le temps de réponse aux urgences.

« Nous sommes déçus de la direction que prend ce gouvernement », a déclaré Jamie Ramage, président de la Division des services ambulanciers du SEFPO. « Le processus de consultation du gouvernement n’est de toute évidence rien d’autre qu’un processus bidon coûteux. Chaque soumission reçue par le gouvernement s’opposait à ce plan, exception faite de la soumission de l’association des pompiers. Le SEFPO et de nombreux autres groupes ont présenté une montagne de preuves contre ce modèle, que la première ministre a choisi d’ignorer entièrement. »

Le SEFPO continuera de demander au gouvernement de l’Ontario de reconsidérer son plan. Pour en savoir plus sur les changements demandés par la Division des services ambulanciers du SEFPO, regardez notre dernière vidéo ici.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Jamie Ramage, 905-730-9351