Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

Wynne devrait renvoyer Jaczek pour le fiasco du SAGAS, selon le SEFPO

Même s'il a été annoncé aujourd'hui qu'une tierce partie examinerait les pannes du Système automatisé de gestion de l'aide sociale en Ontario (SAGAS), la première ministre Kathleen Wynne devrait renvoyer la ministre des Services sociaux et communautaires, Helena Jaczek, pour son rôle dans ce fiasco, affirme le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Les seules personnes touchées par les dysfonctionnements du SAGAS sont les dizaines de milliers de bénéficiaires défavorisés et leurs familles qui ont fait les frais de l'incompétence de la ministre », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « Il est temps que la première ministre renvoie sa ministre pour ce fiasco dans son gouvernement. »

« Tout cela aurait pu être évité », a ajouté le président du SEFPO, « Au lieu de suivre les conseils avisés du personnel de première ligne, il y a quelques mois, la ministre Jaczek a choisi de mettre en oeuvre un nouveau système défectueux. À ce stade, ce n'est pas l'examen d'une tierce partie qui changera les mauvaises décisions qui ont été prises par la ministre et ses cadres dirigeants en premier lieu.

« Je trouve étrange et peu judicieux qu'on demande à une tierce partie du secteur privé de réparer le gâchis qui a été créé à l'origine parce qu'on a sous-traité ce travail à IBM. En fait, j'irais même plus loin et intenterais une poursuite contre IBM pour leur incompétence flagrante dans la mise en œuvre du SAGAS. »

Thomas a dit que le SEFPO allait de l'avant avec sa poursuite et sa demande d'injonction au motif que le gouvernement a violé les droits des bénéficiaires de l’aide sociale en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés en mettant en œuvre un système qu'il savait défectueux.  Le SEFPO, qui est rejoint par des bénéficiaires et des groupes communautaires, cherchera à obtenir une ordonnance judiciaire pour suspendre le SAGAS jusqu'à ce que le système soit fiable et précis pour exécuter les programmes d'aide sociale.  Les demandes faites en qualité d'intervenant seront examinées par le tribunal le 12 février.

La mauvaise gestion du gouvernement a entraîné des difficultés financières supplémentaires aux bénéficiaires du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) et du programme Ontario au travail (OT), qui pourraient continuer jusqu'au mois de mars, a indiqué Thomas. Les dysfonctionnements du SAGAS ont également eu un impact sur d'autres secteurs comme les remboursements de la TVH, les crédits d'impôt pour enfants et d'autres programmes d'aide au revenu.

Le président du SEFPO a précisé que le fiasco du SAGAS correspond à une pratique qui remonte à plus d'une décennie, notamment à celle des gouvernements libéraux successifs qui ont eu de plus en plus recours à des consultants et à des entreprises du secteur privé pour accomplir un travail qui était effectué par le secteur public depuis des décennies.

Les preuves les plus récentes figurent dans le rapport 2014 de la vérificatrice générale dans lequel elle a signalé que plus de 8 milliards de dollars de l'argent du contribuable ont été dilapidés dans des contrats peu judicieux accordé à des entreprises du secteur privé alors que la simple réalité montre que le secteur public pouvait effectuer le travail de manière plus efficace et plus rentable.

« Les membres du SEFPO qui travaillent en première ligne ont été les premiers à tirer la sonnette d'alarme pour souligner les dysfonctionnements graves du SAGAS, mais on ne les a pas écoutés. Ils continuent à faire un travail remarquable dans des circonstances extraordinaires », a conclu Thomas.

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas
1 800 268-7376