Communiqués bannière

Reprise des pourparlers sur le travail précaire pour les professeurs du YUELI

(TORONTO) – L'équipe de négociation de l'Unité 2 du SEFPO rencontre à nouveau aujourd’hui les représentants de l'employeur et du York University’s English Language Institute (YUELI), qui fait partie de la School of Continuing Studies (SCS), à l'Université York. Les deux parties vont s'efforcer de conclure la dernière ronde de négociations collectives.

L'Unité 2 du SEFPO représente les professeurs non-permanents au YUELI. La question principale achoppe sur le statut des contrats de travail des professeurs de l'Unité 2. Actuellement, on ne leur accorde que des contrats d'une durée de deux mois. Les professeurs ont également des préoccupations importantes à l'égard d'une rémunération juste et d'un traitement équitable et cohérent.

Malgré plusieurs jours de négociation en octobre dernier, l'équipe n'a pu parvenir à un accord. L'employeur n'était pas disposé à reconnaître les nombreuses années de service de ces professeurs dévoués, ainsi que le rôle important qu'ils jouent dans le succès du YUELI. L'employeur a également refusé de tenir compte de l'évolution des besoins de l'unité et de l'organisation.

Selon le délégué du personnel du SEFPO, Bernard King, les professeurs sont privés de la sécurité d'emploi la plus élémentaire même s'ils ont un taux élevé de satisfaction de la part de leurs étudiants. « Ces professionnels hautement qualifiés et expérimentés sont dans une situation intenable et absolument injuste. York doit se montrer à la hauteur de sa responsabilité envers ses employés et reconnaître la contribution et les titres de compétences du personnel enseignant de l'Unité 2. »

L'employeur demande à ces professeurs de lui refaire confiance. Malheureusement, l'employeur a trop abusé de cette confiance durant les conventions collectives précédentes. La détermination à faire en sorte que l'histoire ne se répète pas a abouti à l'impasse actuelle dans les négociations.

Avec les nombreux changements au YUELI, l'employeur doit s'engager à accorder un statut légitime à ces professeurs et assurer leur sécurité d'emploi, a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « Aucun employé, sans parler du personnel enseignant du YUELI, ne devrait être tenu perpétuellement dans une situation précaire. York, qui reçoit des deniers publics, devrait procurer un traitement équitable à tous les membres de son personnel. »

Renseignements :

Bernard King
Négociateur/délégué du personnel, Région 5
 416-443-8888, poste 2482

Related News