Skip to content

La Conférence des jeunes travailleurs met en évidence les difficultés des membres de la génération précaire

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Rapport de la conférence

Le Comité provincial des jeunes travailleurs (CPJT) a récemment tenu sa 9e Conférence annuelle des jeunes travailleurs. La conférence abordait le thème central de la réalité actuelle troublante à laquelle les membres de la génération du « Millénium » font face – le travail précaire et le sous-emploi. Du 5 au 7 août dernier, des jeunes travailleurs du SEFPO de partout à travers la province se sont réunis à l’Hôtel Chelsea, au centre-ville de Toronto. Ils ont pris part et ont été habilités à jouer des rôles actifs pour apporter des changements dans leurs sections locales, leurs lieux de travail et leurs communautés. 

Les discussions ont porté sur les travailleurs précaires, dont bon nombre sont des jeunes, et sur le fait qu’ils travaillent côte à côte avec des employés permanents, font le même travail qu’eux, mais gagnent moins. Des employeurs ont déclaré que les « règles syndicales » les empêchent d’offrir des postes permanents. Les participants ont exploré l’impact d’une situation dans laquelle les travailleurs se dressent les uns contre les autres. Les employés permanents sont fréquemment portés à croire que les immigrants et d’autres travailleurs précaires veulent leur voler leurs emplois. 

Les deux premiers jours de la conférence, les conférenciers invités ont présenté un témoignage de première main familier de la réalité des jeunes travailleurs qui entrent sur le marché du travail. Un bon nombre d’entre eux ne savent trop comment ils rembourseront leur grosse dette d’études, laquelle résulte directement du coût élevé de l'éducation. Et pour cela, les jeunes choisissent souvent de vivre chez leurs parents même jusque dans la trentaine. D’autres doivent occuper plus d’un emploi pour arriver à joindre les deux bouts. Les présentateurs ont aussi insisté sur le fait qu’un bon nombre des nouveaux emplois au Canada sont à temps partiel, précaires, à contrat, occasionnels et atypiques. 

L’inégalité salariale pourrait bien n’être que la partie visible de l’iceberg. Pour les jeunes travailleurs qui sont en mesure de trouver un emploi, la question du sous-emploi est également un problème. Un grand nombre de ces travailleurs étaient présents à la conférence. Ces individus qualifiés et instruits ont eu la chance de trouver du travail dans le domaine de leur choix. Toutefois, on leur demande de plus en plus souvent d’accepter du travail à temps partiel, temporaire, sans prestations ou sans régime de retraite, et avec peu de sécurité d'emploi et des heures de travail irrégulières. Ils en sont tous arrivés à la même conclusion – les jeunes travailleurs sont les plus durement touchés par cette réalité.

Une majorité des participants étaient de nouveaux militants syndicaux et/ou cette conférence était la première activité syndicale à laquelle ils assistaient. Ils sont venus pour mieux comprendre l'importance des luttes syndicales et la raison pour laquelle elles sont encore pertinentes de nos jours. Ces jeunes travailleurs sont repartis la tête un peu plus haute. Ils sont fiers d’être membres de notre syndicat et du travail que le SEFPO a fait jusqu’à maintenant pour défendre les droits des travailleurs de toute la province.

Cherchant des façons nouvelles et novatrices de réseauter et de militer, le CPJT a choisi une approche plus « expérientielle » pour le programme de cette année. Les participants ont fait une expérience concrète directe avec le militantisme syndical. Samedi après-midi, suite à l’atelier d’action créative du matin, les jeunes travailleurs du SEFPO sont descendus dans les rues du centre-ville de Toronto. Armés de pancartes de piquetage et de tracts de la campagne du SEFPO intitulée Ça nous appartient, ces jeunes travailleurs ont abordé les passants pour leur parler de l’impact de la privatisation. Ils ont souligné combien il est important de maintenir des collectivités indépendantes dynamiques à travers la province plutôt que d’affamer les services publics et de les privatiser. 

Le programme du samedi soir invitait les participants à la conférence à se joindre à une marche de l’histoire du mouvement ouvrier de Toronto. Organisée par les membres du CPJT, la visite s'est penchée sur les luttes, les gains et les pertes des travailleurs torontois qui se sont battus pour obtenir des conditions de travail justes et équitables. On a également examiné les liens entre le militantisme et la législation en matière d’emploi que veulent et dont ont besoin les travailleurs en Ontario. 

Le dimanche matin, pour mettre fin à une fin de semaine déjà débordante d’activités, les participants se sont divisés en groupes pour participer à une dernière activité. Cette activité consistait en une discussion ciblée sur les sujets de préoccupation suivants des jeunes travailleurs : la garde des enfants, des salaires de subsistance/le travail précaire, la privatisation, l’environnement, l’équité et le coût de l’éducation. Dans le cadre de cette discussion animée par le CPJT, on a demandé aux membres d’examiner les questions spécifiques qui devraient préoccuper les gens relativement au sujet choisi – le problème. Ensuite, on leur a demandé d’établir ce qui doit être fait et de formuler une stratégie pour résoudre ce problème particulier – la vision. Enfin, ils devaient établir où les gens peuvent faire une différence – l'action. On a aussi demandé aux participants de s’engager à l’égard d’une action individuelle qu’ils envisageraient de mettre en œuvre à leur retour dans leurs communautés.

Le journalisme citoyen était une autre approche nouvelle que nous avons introduite à la conférence cette année. On a demandé aux membres de documenter leur propre participation en créant des témoignages vidéo et/ou des journaux personnels à l’aide de leur téléphone intelligent. Leurs créations ont été rassemblées par la vidéographe du SEFPO et le produit final a été envoyé aux participants. Tout ça en plus de rester branché avec le CPJT et le SEFPO sur les médias sociaux en utilisant le hashtag #PYC2016.

La Conférence des jeunes travailleurs du SEFPO est une activité annuelle qui coïncide avec la Journée internationale de la jeunesse de l’Organisation des Nations Unies (le 12 août). Cette journée reconnaît les efforts des jeunes pour faire de ce monde un endroit meilleur où vivre. Année après année, le SEFPO se joint avec enthousiasme à l’ONU pour célébrer et encourager les jeunes. Au SEFPO, nous réaffirmons également constamment notre engagement durable envers les jeunes travailleurs, et ce, parce que nous savons qu’ils sont l’avenir de notre syndicat et du mouvement ouvrier. 

Le CPJT tient à remercier les nombreux défenseurs du SEFPO et les conférenciers invités, qui ont su démontrer leur engagement envers les droits des jeunes travailleurs en participant à cette activité. Il tient aussi à remercier sincèrement les membres du Conseil exécutif du SEFPO pour leur leadership et leur soutien constant visant à faire en sorte que de plus en plus de jeunes travailleurs soient engagés et impliqués dans les activités du syndicat. Enfin, nous remercions le personnel du SEFPO, dont l’engagement, le dévouement et le travail acharné ont permis d’assurer le succès de cette conférence. 

Matériel de la conférence

ywc_program_web.pdf
citizen_journalism_tip_sheet.pdf
creative_action_guide.pdf
creative_action_debrief_task_sheet.pdf
personal_commitment_worksheet.pdf

Pour plus d’information, visitez https://sefpo.org/evenement/soumettez-votre-demande-pour-la-conference-2016-des-jeunes-travailleurs.