Avis

Appuyons les grévistes de la bière en boycottant Molson Coors

Date de publication

Le lundi 16 Janvier 2017, 17 h 15

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a publié la déclaration suivante aujourd’hui même pour appuyer le Syndicat canadien des travailleurs de brasseries et travailleurs en général (CUBGW), section locale 325.

Larry Brown, président du Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP), s'est joint cette semaine aux travailleurs du CUBGW sur la ligne de piquetage (Photo : Avec l'aimable autorisation du SNEGSP)

Personne ne veut une grève. Mais lorsque votre employeur vous demande d’accepter une offre qui transformerait votre bon emploi de classe moyenne en un mauvais emploi, alors il ne reste rien d’autre à faire. On tombe en grève.

C’est ce qu’ont fait les 320 travailleurs de Molson Coors à la brasserie de la promenade Carlingview, à Toronto. Les négociations contractuelles ont échoué lorsque l’entreprise décida de ne pas bouger sur ses concessions. Celles-ci incluent une réduction de 7 pour cent sur les salaires, pensions et avantages sociaux. Molson crie famine en raison du recul des ventes qui a suivi le déclin économique en Alberta l’an dernier.

Il y a quelque chose qui cloche ici. Pourquoi, lorsqu’une entreprise connaît une baisse de profits, son seul recours semble être de récupérer ses pertes sur le dos de la main-d'œuvre? Pourquoi les travailleurs sont-ils toujours ceux que l’on punit? Après tout, c’est grâce à eux si l’entreprise fait des profits!

Et payer des salaires décents ne va pas mettre Molson Coors en faillite, et plus particulièrement si l’on tient compte des énormes profits que l’entreprise réalise sur le dos des buveurs de bière.

Le président et chef de la direction, Mark Hunter, empoche plus de six millions de dollars par année. Six millions! Et pourtant, Molson Coors demande à ses travailleurs, qui eux, gagnent peut-être 50 000 $ par année, d’accepter une réduction de salaire. Ce n'est pas juste.

Dans une telle confrontation, je me tiens du côté des travailleurs du Syndicat canadien des travailleurs de brasseries et travailleurs en général, section locale 325. Ils ne réclament rien de radical. Tout ce qu’ils veulent, c’est protéger de bons emplois, gagner un salaire décent et pouvoir prendre leur retraite en toute dignité.

Dans un climat où la classe moyenne est décimée, nous devons tous nous battre.

C’est pourquoi je demande à tous les membres du SEFPO de boycotter les produits Molson Coors pendant aussi longtemps qu’il faudra aux travailleurs du CUBGW, section locale 325, pour obtenir un contrat équitable. Faites passer le mot. Envoyons un message clair à cette entreprise : Les travailleurs sur le piquet sur la promenade Carlingview méritent une entente équitable et Molson Coors peut se permettre de la leur offrir.

Produits Molson Coors :

Coors, Coors Light, Coors Banquet, Miller Genuine Draft, Miller Lite, Molson Canadian, Molson Export, Rickard’s Red, Bohemian, Carling, Creemore Springs, Keystone Ice, Keystone Lager, Mad Jack.

N’oubliez pas de lire l’étiquette avant d’acheter votre bière.