Le SEFPO dans les nouvelles

Des manifestants dénoncent les compressions à l'aide juridique devant le bureau du procureur général

Date de publication

Le vendredi 12 juillet 2019, 10 h 00

BarrieToday.com rapporte que « plus d’une cinquantaine de personnes ont manifesté devant le bureau de circonscription de Doug Downey, procureur général de l’Ontario et député de Barrie–Springwater–Oro-Medonte, à Barrie, jeudi après-midi, pour protester contre les coupes à Aide juridique Ontario. »

Au nombre des manifestants, il y avait des membres du SEFPO qui travaillent dans les cliniques juridiques de toute la province, mais également des personnes qui dépendent des services offerts par Aide juridique Ontario et les cliniques d’aide juridique qu’elle finance. Nombre de ces cliniques – y compris la Clinique juridique communautaire pour les travailleurs blessés de Toronto – sont maintenant aux prises avec une réduction budgétaire.

« Beaucoup de travailleurs blessés reçoivent un revenu modique et dépendent du soutien que leur apporte l’aide juridique. BarrieToday.com mentionne la déclaration de Sara Labelle, vice-présidente de la Région 3 du SEFPO, pour qui l'aide juridique est une façon de niveler l'accès au système juridique sur tout le territoire ontarien.

« À chaque fois qu’on coupe des services qui viennent en aide à des populations vulnérables qui vivent déjà avec des ressources limitées ... les répercussions sont beaucoup plus importantes. »

Aidan Macdonald, qui travaille à la Clinique juridique communautaire pour les travailleurs blessés et qui est président de la section locale 5118 du SEFPO, a parlé des compressions avec Global News.

« Les cliniques d'aide juridique procurent un peu d’argent à des personnes afin qu’elles disposent du minimum vital, qu’elles aient un toit sur la tête et de la nourriture sur la table », a déclaré Aidan Macdonald.

« Si vous coupez l'aide juridique et les services des cliniques juridiques, vous allez avoir des personnes qui se retrouvent à la rue, des personnes qui sont déportées et d’autres qui pourraient vraiment se retrouver dans des situations de vie ou de mort. »