Communiqué de presse
Communiqué de presse

Doug et le déficit constituent les principaux sujets de préoccupation des Ontariennes et Ontariens : SEFPO

Date de publication

Le lundi 21 Janvier 2019, 11 h 15

Toronto – Selon un nouveau sondage Nanos qui a été publié aujourd'hui, à Queen's Park, Doug et le déficit constituent les principaux sujets de préoccupation des Ontariennes et Ontariens. Les Ontariennes et Ontariens pensent que Ford représente un problème plus grave que le changement climatique, les salaires, l’emploi et l'économie.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que le premier ministre devrait prêter attention à ce que dit « la population ».

« Étant donné ses antécédents environnementaux, il est plutôt ironique que Ford soit perçu comme la catastrophe naturelle que la population craigne le plus », a déclaré le président Thomas. « Malgré les efforts déployés par le gouvernement actuel pour se présenter comme le parti du peuple, le message ne passe pas. Le sondage Nanos devrait servir d’avertissement à M. Ford au moment d’élaborer son budget – la population de l'Ontario est attachée à ses services publics et les Ontariennes et Ontariens ne resteront les bras croisés pendant qu’il met en œuvre sa politique de la terre brûlée. »

Les résultats du sondage montrent que près de 90 pour cent des Ontariennes et des Ontariens disent que les compressions dans les services publics les toucheraient personnellement et 70 pour cent sont préoccupés par ces réductions. La plupart des Ontariennes et Ontariens estiment également que le gouvernement de Doug Ford fait fausse route.

« Il est temps que les progressistes-conservateurs se remettent dans la bonne direction », a déclaré le président Thomas. « Ils ont orchestré une véritable campagne de peur au sujet du déficit pour justifier des compressions brutales, mais ce sondage montre que Ford va à l’encontre de ce que souhaitent la plupart des gens pour qui il clame gouverner à tout bout de champ. »

Le président Thomas était accompagné de Lucy Morton, la présidente du Secteur des professionnels des soins de santé communautaires (SEFPO), et de RM Kennedy, le président de la Division du personnel scolaire des collèges (SEFPO), qui ont souligné le fait que la politique de M. Ford en matière de soins de santé et d'éducation ne ferait que nuire aux gens ordinaires.

Les plans coûteux de restructuration des soins de santé, les réductions des droits de scolarité sans augmenter le financement des établissements postsecondaires et les changements au RAFEO ne feront que nuire aux patients et étudiants les plus vulnérables de l'Ontario, selon le syndicat.

« De toute évidence, ce gouvernement de débutants a besoin de quelques conseils budgétaires judicieux », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Pour plus de 80 pour cent des Ontariennes et Ontariens, les soins de santé et l'éducation sont les services publics qui comptent le plus, mais M. Ford continue pourtant de galvauder ces deux dossiers. Ce sont les personnes de 55 ans et plus qui s’inquiètent le plus des politiques de Ford en matière de soins de santé et on se demande pourquoi il ne comprend pas. »

« C’est une règle élémentaire d’économie », a indiqué Eduardo (Eddy) Almeida. « Dépensons moins d'argent dans les privatisations et les salaires faramineux du personnel de gestion et investissons cet argent là où ça compte le plus – dans les services de première ligne qui contribuent à consolider notre province et sa population. »

« Après toutes ses promesses brisées, il n'est pas étonnant que les gens ne se laissent pas endoctriner par la propagande de Doug Ford », a conclu le président Thomas. « S'il souhaite redorer son image auprès de l'opinion publique, il devra déposer un budget qui investit dans les gens et les services publics. Les membres du SEFPO qui travaillent en première ligne ont des idées pratiques et abordables et M. Ford devrait commencer à écouter ce qu’ils ont à lui dire. »

Aperçu du sondage du SEFPO

Le gouvernement Ford

  • Les Ontariens et Ontariennes citent le plus souvent le premier ministre Doug Ford, son nouveau gouvernement progressiste-conservateur et le déficit/la dette comme les principaux problèmes auxquels est aujourd'hui confronté l'Ontario (15 % chacun). D'autres citent le changement climatique et l'environnement (6 %), les salaires et l'emploi (5 %), l'économie (4 %) ou les soins de santé (3 %). Seulement 2 % ont cité les impôts.
  • 60 % disent que le gouvernement Ford va dans la mauvaise direction.
  • 58 % disent que le gouvernement Ford fait un mauvais ou très mauvais travail en matière de transparence et reddition de comptes.
  • 68 % disent qu'ils n'aiment pas ou n’aiment pas tellement lorsque Ford dit qu’il agit « pour la population ».

Les services publics

  • 70 % des Ontariennes et Ontariens sont d'accord ou plutôt d'accord pour dire qu'ils sont préoccupés par les coupes opérées dans les services publics.
  • 58 % sont en désaccord ou plutôt en désaccord avec le fait que le déficit est une crise qui exige des réductions importantes dans les services publics.
  • 88 % disent que des coupes dans les services publics auraient un impact sur eux personnellement.

La firme Nanos Research a sondé en ligne/par téléphone 1 000 Ontariens et Ontariennes (âgés de 19 ans ou plus) du 10 au 17 décembre 2018. La marge d'erreur est de plus ou moins 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931