Avis

Des histoires saisissantes partagées à la télétribune du personnel de soutien à temps partiel des collèges

Date de publication

Le vendredi 13 avril 2018, 13 h 45

Cette semaine, les membres du personnel de soutien à temps partiel des collèges de tout l’Ontario ont partagé, avec le président Warren (Smokey) Thomas et leur équipe de négociation, des témoignages fascinants sur leurs conditions de travail.

« Quand on pense avoir tout vu et tout entendu, quelque chose se produit qui nous choque encore davantage », a déclaré Monsieur Thomas, écoutant avec incrédulité ce que ses membres avaient à dire sur leurs conditions de travail dans le cadre d’une télétribune du SEFPO dans laquelle les membres du personnel de soutien à temps partiel des collèges ont établi leurs priorités de négociation.

« Nous avons du pain sur la planche », a dit Monsieur Thomas, « mais nous sommes prêts », a-t-il ajouté, soulignant qu’il aborderait personnellement la question des conditions de travail avec certains présidents des collèges.

Un appelant a demandé pourquoi les collèges n’accordent aucun congé de maladie à leur personnel de soutien à temps partiel.

« Pourquoi faut-il que les travailleurs de soutien à temps partiel aillent travailler même quand ils sont malades? Ça contribue à faire traîner les maladies et à contaminer les autres. Nous méritons d’avoir des congés de maladie comme n’importe quel autre travailleur. »

Une appelante nous a parlé d’inégalité salariale.

« Je suis assise en face d’une personne qui fait la même chose que moi, et je suis obligée d’avoir un deuxième et un troisième emplois juste pour gagner la même chose qu’elle. C'est difficile de rester positif à propos de mon emploi quand les choses sont si injustes. »

Une appelante du Collège Algonquin nous a dit qu’il est impossible pour elle de faire des projets quand elle ne sait même pas quels quarts elle travaillera la semaine qui suit. Vu qu’elle est payée à l’heure, elle n’a aucun moyen de prévoir ses revenus et le stress est énorme.

Ted Claeye, le président de l’équipe de négociation, et son vice-président, Duncan McFarlane, Janice Hagan, la présidente du Secteur du personnel de soutien à temps plein des collèges, et Heather Fathi, la négociatrice du personnel, se sont joints au président Thomas pour la télétribune.

Le personnel de soutien à temps partiel des collèges a besoin d’un syndicat depuis longtemps. Depuis toujours en fait. Le processus de négociation est en route, et ces 20 000 nouveaux membres du SEFPO se mobilisent.

Maintenant que les priorités de négociation sont établies, l’équipe de négociation se prépare à négocier.

L’enthousiasme à l’idée d’une première convention collective était palpable pendant la conférence téléphonique, tandis que les membres partageaient avec empressement leurs expériences.

« La passion de ces nouveaux membres m’a réellement inspiré », a déclaré Monsieur Thomas après la télétribune. « Et l’équipe de négociation et le personnel du SEFPO qui y ont pris part ont ressenti la même chose. »