Communiqué de presse
Communiqué de presse

La réorganisation des soins de santé prévue par M. Ford endommagera le système

Date de publication

Le mardi 22 Janvier 2019, 08 h 30

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, tire la sonnette d’alarme sur la décision du gouvernement Ford d’éliminer les 14 réseaux locaux d'intégration des services de santé (RLISS).

On s’attend à ce que le gouvernement établisse un organisme de surveillance et, selon M. Thomas, une telle décision ne peut se traduire que par davantage de privatisation.

« Monsieur Ford se moque de toute procédure officielle », a déclaré M. Thomas.

« Il réorganise le système sans aucune consultation. » Quand réalisera-t-il qu’il se doit de communiquer avec des syndicats comme le SEFPO, qui représentent les travailleurs de première ligne? Nous savons comment fournir des soins de santé de première classe en Ontario. »

Monsieur Thomas a déclaré que même si le SEFPO n’a jamais été satisfait de la responsabilisation des RLISS, la solution que propose M. Ford risque bien de ne pas être très différente. »

« Les RLISS sont dirigés par nominations gouvernementales et ne rendent pas dûment compte de leur conduite au public », a souligné M. Thomas. « Toutefois, ce que M. Ford nous montre encore et encore, c'est qu’il ne fait que remplacer les copains des libéraux par sa propre bande d’acolytes », a-t-il encore dit.

Les cliniques privées laissent les hôpitaux se débrouiller avec le travail complexe et la production à forte intensité de main-d'œuvre, tandis qu’elles se concentrent sur le travail de dépistage diagnostique à haut volume et dépensent moins sur l’effectif. Le résultat est une augmentation des pressions sur le système public, chargé des cas de plus en plus complexes avec de moins en moins de ressources.

« Les cliniques privées prélèvent la crème du système », explique Sara Labelle, présidente de la Division des professionnels hospitaliers du SEFPO. « Elles ne sont pas soumises au même niveau de surveillance et de contre-pouvoir. Corruption et gabegie s’infiltrent alors dans le système, et on finit par observer des choses comme des commandes excessives d'articles très coûteux, qui leur permettent de s’en mettre davantage dans les poches. »

Les systèmes de soins de santé privé et public qui fonctionnent en parallèle rivalisent pour un bassin limité de professionnels de la santé. Les cliniques privées sortent les professionnels hautement qualifiés du système public avec des promesses de revenus gonflés.

Entre temps, suite à des années de sous-financement, les professionnels de la santé du système public font face à des niveaux élevés d’épuisement professionnel.

« Ce dont nous avons vraiment besoin est une augmentation immédiate du financement des soins de santé afin de répondre aux besoins d’une population croissante et vieillissante, et de l’inflation. Monsieur Ford se hâte de mettre en œuvre son programme, sans même prendre le temps de regarder autour de lui la destruction qu’il occasionne », a déclaré M. Thomas.

Le SEFPO représente 25 000 professionnels paramédicaux d’hôpitaux à travers l’Ontario.

Pour plus d’information :
Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
La présidente de la Division des professionnels hospitaliers du SEFPO, Sara Labelle, 905-914-4037