Annonces
Communiqué de presse

La restructuration de la vente d'alcool de M. Ford mettrait les profits avant le peuple, dit le président Thomas

Date de publication

Le vendredi 22 mars 2019, 13 h 45

Toronto – Selon le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, la nomination d’un ancien politicien albertain au nouveau poste de conseiller spécial pour l'examen du secteur de l’alcool de la province, est précurseure de la privatisation désastreuse de la vente d'alcool. 

« Offrir ce poste à Ken Hughes, c'est un peu comme donner au renard les clés du poulailler », a déclaré M. Thomas. « Les conservateurs ont complètement bousillé la privatisation de l’alcool en Alberta, et la première ministre de l’Alberta cherche maintenant à transférer cette mentalité du Wild West à l’Ontario. »

Monsieur Hughes est un ancien ministre de l'Alberta, la seule province à avoir entièrement privatisé la vente et la distribution d’alcool. Monsieur Thomas fait remarquer que l'expérience de l'Alberta est un énorme gâchis.

« On met les profits avant le peuple », a dit M. Thomas. « On permet aux entreprises de promouvoir encore davantage la vente d’alcool, et le coût sur la santé et la sécurité de nos enfants et de nos communautés est énorme. C'est une tactique pour aider les détaillants privés à augmenter leurs profits au détriment du bien-être public. »

« C'est un choix politique socialement imprudent et dangereux », s'est plaint M. Thomas. « Les détaillants privés ne jouissent pas exactement des meilleurs systèmes de sécurité et le plan de M. Ford ferait du vol d’alcool un jeu d’enfant. Le gouvernement ferait mieux de songer à améliorer la sécurité dans les magasins de la LCBO. »

Malgré le discours vide de sens du gouvernement Ford en ce qui concerne le choix et la commodité, les Ontariens préfèrent une approche équilibrée, a dit Denise Davis, la présidente de la Division des employés de la régie des alcools (LBED) du SEFPO.

« Les Ontariens savent bien que la LCBO peut garder l'alcool hors de la portée des mineurs », a déclaré Mme Davis. « Et c'est parce que les employés de la LCBO sont bien formés et qu’ils prennent la sécurité du public très au sérieux. Ce sont des experts, pas des revendeurs. » 

« Le modèle public de la LCBO est tout à propos d’équilibre entre la commodité et la santé et la sécurité du public », a ajouté Mme Davis. « Assouplir les règles ne ferait que nuire à nos enfants et communautés. Les conditions de travail des employés des magasins se détérioreraient, sans compter qu’ils seraient sans doute payés moins et auraient moins de protections. »

« Le gouvernement invente des solutions à des problèmes qui n'existent pas », a déclaré M. Thomas. « Il est évident qu’il y a toujours place à l’amélioration, mais le modèle public ontarien fonctionne. Nous avons les taux les plus bas de conduite en état d’ébriété de toutes les provinces et les ventes d’alcool dans les magasins publics aident à payer pour des choses comme nos hôpitaux et nos écoles. »

« Monsieur Ford devrait rejeter l'approche radicale de l'Alberta et adopter l’équilibre », a encore dit M. Thomas. « Il est temps de mettre les gens avant les profits et d'appuyer le modèle public. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931