Communiqué de presse
Communiqué de presse

L'arbitre se prononce en faveur du SEFPO contre Waypoint

Date de publication

Le vendredi 14 juin 2019, 14 h 30

Penetanguishene – L'arbitre s'est prononcé en faveur du SEFPO en ce qui concerne les allégations de pratique déloyale de travail prononcées par le syndicat contre le Centre Waypoint de soins de santé mentale.

Dans sa décision datée du 12 juin 2019, l'arbitre Robert W. Kitchen a statué que le Centre Waypoint avait effectivement enfreint la loi en violant l'article 70 de la Loi sur les relations de travail de l'Ontario, qui traite de l'ingérence des employeurs, en « nuisant à la représentation du SEFPO de ses membres en cherchant à obtenir directement le feedback des employés sur les options de planification » (traduction libre).

En novembre 2018, la direction du Centre Waypoint avait rassemblé les travailleurs représentés par le SEFPO pour leur présenter deux options de planification et solliciter leurs commentaires, négligeant le fait que le syndicat avait déjà rejeté une de ces options et qu’une réunion des membres était prévue quelques jours plus tard.

Selon Pete Sheehan, président de la section locale 329 du SEFPO, maintenant que l'arbitre s’est prononcé en faveur du syndicat, il est grand temps que la direction du Centre Waypoint écoute les représentants élus des travailleurs de première ligne et répare le fiasco des horaires.

« Le syndicat a toujours dit qu'il voulait s'asseoir avec la direction pour trouver des solutions qui conviennent à tout le monde », a déclaré M. Sheehan. « Nous arrivons toujours à la table avec un esprit ouvert, parce que les meilleures solutions peuvent et doivent venir de la collaboration entre l’employeur et le personnel de première ligne. C'est la meilleure façon de servir nos clients. Toutefois, la collaboration doit aller dans les deux sens. »

Comme l’a dit Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, le SEFPO demande à la direction du Centre Waypoint de s'engager dans une discussion ouverte et franche à propos des horaires. « En tant qu'agent correctionnel, je sais qu'il est extrêmement important d'avoir un calendrier qui fonctionne pour les travailleurs et pour les personnes dont ils s'occupent. Il est grand temps que Waypoint mette fin à ces procédures coûteuses et commence à écouter. »

Le SEFPO a déposé plusieurs plaintes de pratique déloyale de travail contre Waypoint et, le tribunal a déjà amendé le centre de 40 000 $ pour des infractions relatives à la santé et à la sécurité. Le Centre Waypoint est exploité par une entité privée financée par le gouvernement de l'Ontario. La gestion du centre et, dans ce cas particulier, les honoraires des avocats, qui se montent à des dizaines de milliers de dollars, sont pris en charge par le contribuable.

« La direction de Waypoint est beaucoup plus intéressée à des querelles juridiques qu’à travailler de manière constructive avec le syndicat pour arriver à des solutions gagnant-gagnant », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Je demande à la ministre Christine Elliott de procéder immédiatement à une enquête sur l’incompétence des gestionnaires du Centre Waypoint et sur la mauvaise administration des fonds publics qu’ils reçoivent, et de remettre Waypoint entre les mains du public. Les travailleurs et les patients dont ils s'occupent méritent beaucoup mieux. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Pete Sheehan, 705-209-9050