Publications

Le Conseil quitte la table - Bulletin de négociation du personnel scolaire des CAAT, Numéro 12

Date de publication

Le mercredi 11 octobre 2017, 08 h 00

Le personnel scolaire des collèges est retourné à la table de négociation mardi matin, le 10 octobre, prêt à négocier. Les collèges ont déposé une offre qui ne répond à aucune des principales demandes du personnel scolaire. Nous ne pouvions pas la recommander à nos membres et nous leur avons dit en détail.

L'équipe du personnel scolaire des collèges a rejeté l'offre du Conseil et a fixé le délai de grève à 00 h 01, le 16 octobre 2017.

L'équipe de négociation du personnel scolaire est résolue à rester à la table de négociation jusqu'à l’échéance du délai de grève. Le Conseil, cependant, qui a quitté la table, prétend maintenant que son offre était finale.

En fixant un délai de grève, nous envoyons un message clair à l'employeur pour lui faire comprendre que nous voulons conclure une entente équitable pour le personnel scolaire des collèges avant lundi matin.

Cette soi-disant « offre finale » de l’employeur est une pilule empoisonnée. Elle sape de manière fondamentale la qualité et l'équité pour lesquelles nous avons travaillées durant cette ronde de négociation.

Enjeux majeurs

Personnel scolaire contractuel :

  • L'employeur a proposé la création d'une toute nouvelle catégorie de personnel scolaire contractuel « temporaire et à temps plein », qui serait rémunéré au taux du personnel à charge partielle.
  • Une nouvelle catégorie de personnel scolaire qui n’aurait pas de sécurité d'emploi et qui pourrait être congédié avec seulement deux semaines de préavis.

Réduction de la dotation en personnel à temps plein :

  • L'offre de l’employeur permettrait l'embauche, sans restrictions, des membres du personnel scolaire à temps partiel.
  • L’employeur a déclaré n’avoir aucun problème à dispenser des programmes au complet avec uniquement du personnel à temps partiel.
  • Accepter cette offre signifierait que l'employeur n'aurait plus jamais besoin d'embaucher du personnel scolaire à temps plein.

Système à deux niveaux :

  • L'offre de l'employeur ne fait qu’aggraver les inégalités en supprimant le système d’évaluation actuel permettant d’évaluer le salaire de départ.
  • Au contraire des objectifs visés par le projet de loi 148, la Loi de 2017 pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, cette offre éloignerait encore plus le personnel scolaire contractuel du principe « à travail égal, salaire égal ».
  • Les membres du personnel scolaire contractuel n’auraient droit qu’aux heures de contact d'enseignement; ils ne seraient pas rémunérés pour la charge de travail véritable qu’ils effectuent.
  • Au lieu d'améliorer les facteurs de qualifications et des titres de compétences à l'embauche, cette offre crée un plafond absolu sur l'attribution des crédits des qualifications officielles.
  • Une nouvelle disposition stipule que l’augmentation du salaire de départ peut se faire à la discrétion de l'employeur.

Effectif du personnel scolaire :

  • En plus d’encourager la sous-traitance, cette offre autorise les mises à pied qui sont causées par la sous-traitance.

Salaires et avantages sociaux :

  • Cette offre ne répond pas à notre besoin de nous rapprocher du point médian avec nos groupes de comparaison.
  • En outre, les salaires de départ seront réduits avec l’application d'un plafond absolu sur l'évaluation des titres de compétences.

Report du projet de loi 148 :

  • L'employeur propose un processus d'arbitrage pour le projet de loi 148. Il s'agit d'une tentative visant à porter atteinte aux objectifs du projet de loi en matière d’équité pour le personnel scolaire à charge partielle.

L’offre finale du Conseil ne tient pas compte des revendications du personnel scolaire :

  • Il n'y a rien sur la liberté académique, une revendication prioritaire et non-pécuniaire.
  • La question des droits de propriété intellectuelle sera envoyée aux comités des relations employés/employeur – une tactique pour gagner du temps.
  • Il n'y a rien sur la gouvernance collégiale, alors même que le Collège Sheridan a établi un sénat pleinement fonctionnel depuis des années.
  • La sécurité d'emploi du personnel scolaire à charge partielle n'est pas abordée.
  • La question de l’effectif du personnel scolaire n'est pas abordée, alors même qu'un ratio de 50/50 entre le personnel à temps plein et le personnel scolaire autre qu’à temps plein permet un niveau élevé de flexibilité en ce qui concerne la dotation en personnel pour les collèges.
  • Cette offre inclut et crée des nouvelles formes d'inégalités.

Les soutiens proviennent de partout

Nous avons reçu de nombreuses lettres de soutien des sections locales du SEFPO et d'autres syndicats durant les négociations. Merci à tous ceux qui ont exprimé leur soutien à ce jour. Ceux-ci incluent :

Union des Associations des Professeurs des Universités de l'Ontario (UAPUO)
Memorial University of Newfoundland Faculty Association (MUNFA)
Association of Nova Scotia University Teachers (ANSUT)
York University Cross Campus Alliance
Association des professeurs de l'Université Wilfrid-Laurier
Section locale 677 – École de médecine du Nord de l'Ontario (EMNO) 
NOSM Faculty and Staff Association
Nova Scotia University Teachers Alliance

Nouvelles vidéos :

Découvrez nos nouvelles vidéos et partagez-les largement.

www.personnelscolairedescolleges.org/
facebook.com/collegefaculty
@collegefaculty

PDF icon2017-10-fr_caat-a_bulletin_12_1a.pdf