Communiqué de presse
Communiqué de presse

Le gouvernement Ford a de drôles de façons de montrer sa compassion à l'égard des assistés sociaux, dit M. Thomas

Date de publication

Le mercredi 1 août 2018, 06 h 30

Toronto – Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, dénonce le gouvernement Ford, qui passe la hache dans les taux du programme Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH).

« La dernière manœuvre du gouvernement contre les « gens ordinaires », ne trompe personne, et surtout pas les familles qui ont besoin du programme Ontario au travail et du POSPH. Le gouvernement ferait soi-disant preuve de compassion en augmentant les taux de 1,5 pour cent. En fait, les taux étaient censés augmenter de trois pour cent. Ce gouvernement les réduit de moitié. C’est une étrange façon de faire preuve de compassion à l’endroit des plus vulnérables.

« Doug Ford est né dans une famille de millionnaires. Je connais des gens, beaucoup de gens, qui n’ont pas eu cette chance et qui ont dû compter sur l’aide sociale. Je peux vous dire que c’est un défi énorme de vivre avec ce qu’on reçoit sur l’aide sociale, et plus particulièrement dans les régions urbaines. Je mets quiconque au défi de me prouver le contraire. »

Monsieur Thomas a également remis en question le délai de 100 jours pour examiner le système d’aide sociale ontarien complexe, mais a dit que si le gouvernement cherchait une solution rapide, il devrait retirer l’aide sociale et le logement des mains des municipalités.

« Les municipalités, et plus particulièrement les petites municipalités rurales et du Nord, ont grandement souffert du téléchargement désastreux des coûts sociaux du gouvernement Harris. La meilleure chose que Doug Ford pourrait faire pour améliorer le programme d’aide sociale de la province serait de rendre ces coûts à la province. »

« Le système est incroyablement complexe et implique de nombreux intervenants et partenaires.  Ce gouvernement invente des politiques à la sauvette, puis laisse le soin à d’autres de s’occuper du gâchis qu’il laisse. Il a fait la même chose en privatisant le cannabis et en réduisant les sièges au Conseil municipal de Toronto.

Monsieur Ford et son gouvernement devraient consulter les travailleurs de première ligne par l’intermédiaire de leur agent de négociation lorsqu’ils envisagent d’apporter des changements quelconques au système d’aide sociale plutôt que d'égrener chaque jour un chapelet de décrets. C’est ici que l’expertise se trouve, a déclaré M. Thomas.

« Monsieur Ford ne gouverne pas, il se balance à tous vents. Nous avons besoin de politiques constructives et réfléchies, qui renforcent nos communautés et améliorent nos vies, et qui rendent notre province encore plus attrayante pour les investisseurs. S’en prendre aux familles démunies, poursuivre une querelle politique contre le Conseil municipal de Toronto et adopter une approche à la Far Ouest américain pour vendre le cannabis ne feront que décourager les investissements, ralentir la croissance et vider le trésor public. »

« Monsieur Ford dit vouloir aider, mais de qui parle-t-il exactement? Une chose est certaine, il n’aide pas les gens ordinaires. Il est facile de penser qu’on va frapper un triple quand on est né sur la troisième base. »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931