Communiqué de presse
Communiqué de presse

Le gouvernement Ford est tombé encore plus bas avec ses coupures et la privatisation des services relatifs à l'autisme, dit le président Thomas

Date de publication

Le jeudi 7 février 2019, 08 h 30

Toronto – Selon le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, le gouvernement Ford tente de se faire du capital politique à bon marché au détriment des familles qui ont des enfants atteints d’autisme.

« Je ne suis pas le seul à penser comme ça », a dit Monsieur Thomas. « Amy Fee, députée provinciale à Kitchener, a aidé le gouvernement à annoncer ce terrible projet visant à couper et privatiser les services liés à l’autisme. Mais juste avant l’annonce, un de ses cadres supérieurs a donné sa démission en signe de protestation. »

Monsieur Thomas a déclaré que les services aux enfants autistes ont clairement besoin de fonds supplémentaires. Plus de 25 000 familles avec des enfants attendent un diagnostic et un traitement.

« Mais ce gouvernement règle la question des listes d’attente en coupant le soutien financier aux familles, éliminant l’obligation de rendre compte et en créant un système à deux niveaux dans lequel les familles aisées des grandes villes obtiennent les services dont elles ont besoin et les autres récupèrent les miettes », a ajouté M. Thomas. « Les raccommodeurs de coulisse de M. Ford ont adopté de nombreuses stratégies cyniques, mais cette fois-ci, ils sont tombés vraiment bas. »

Selon Deb Gordon, travailleuse sociale dans un centre de santé mentale pour enfants et présidente du Secteur du traitement des enfants du SEFPO, le gouvernement met encore plus de pression sur des parents d’enfants autistes déjà surmenés.

« Donner de l’argent directement aux parents ne leur offre pas de choix, ça leur donne du travail », a déclaré Mme Gordon. « Mes membres et moi le savons bien. Chaque jour, nous entendons les frustrations des familles à qui l’on a directement donné des fonds et qui doivent trouver des travailleurs pour obtenir de l’aide. »

« Les enfants et les familles ont besoin de stabilité et d’aide sur lesquelles ils peuvent compter, pas de formulaires à remplir pour obtenir des fonds, ou des difficultés associées à la recherche de bons travailleurs, ou encore du désespoir associé au manque d’argent pour se procurer les traitements dont ils ont besoin. »

Erin Smith-Rice, travailleuse des services aux personnes atteintes d'un handicap de développement et présidente du Secteur des services aux personnes atteintes d'un handicap de développement du SEFPO, a déclaré que ce n’était qu’un autre exemple de la hâte du gouvernement Ford à privatiser les soins de santé et les soins communautaires, et à supprimer les emplois de travailleurs du secteur public qualifiés.

« Pendant l’annonce, la ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires a déclaré que le secteur privé comptait des acteurs sans scrupules qui font le choix du profit au détriment du bien-être des enfants autistes », a déclaré Mme Smith-Rice. « Ainsi, pourquoi donne-t-elle un peu d’argent aux parents et leur dit-elle de trouver des services liés à l’autisme auprès de ces acteurs sans scrupules du secteur privé? »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a fait remarquer que la province de l’Ontario est plus riche qu’elle ne l’a jamais été et qu’on peut se permettre de fournir de l’aide adéquate pour les personnes atteintes d’autisme.

« Au lieu de cela, et c’est dégoûtant, M. Ford coupe dans les services », a dit M. Almeida.   « Ce n’est pas une politique responsable, c'est de la méchanceté pure et simple. »
 
Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931