Le SEFPO dans les nouvelles

« Le personnel scolaire n’a absolument pas été consulté » au sujet de la politique sur la liberté d’expression

Date de publication

Le mercredi 19 décembre 2018, 10 h 30

Le Globe and Mail fait état des préoccupations graves du SEFPO au sujet de la politique restrictive sur la liberté d’expression qui a été adoptée à la hâte par les collèges communautaires de l'Ontario.

« Le personnel scolaire n’a absolument pas été consulté », a déclaré RM Kennedy, le président de la Division du personnel scolaire des collèges dans l’article du Globe.

Le Globe souligne les motifs de préoccupation du SEFPO au sujet de cette politique qui donne aux collèges le pouvoir de « gérer où, quand et comment la liberté d’expression peut prendre place dans les campus afin de veiller à ce qu’on ne perturbe pas le fonctionnement du collège. »

« C'est extrêmement bizarre qu'ils pensent pouvoir réglementer où, quand et comment la liberté d’expression puisse s’exprimer dans un campus d'enseignement post-secondaire. Cette politique va à l’encontre même de ce qu’est l’éducation postsecondaire », a déclaré RM Kennedy au Globe.

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a déjà tiré la sonnette d'alarme au sujet de cette politique dans un communiqué de presse.

« Cette soi-disant politique sur la liberté d’expression est aux antipodes de la liberté, déclare le président Thomas. En fait, il serait plus juste de parler « d’une politique de bâillonnement. »

« Ce n’est que le dernier exemple en date de la mise à mal des droits démocratiques de la population ontarienne par le gouvernement Ford », a estimé le président Thomas.