Communiqué de presse
Communiqué de presse

Le président du SEFPO demande aux médecins d'Owen Sound de mettre fin à la grève avec une offre décente

Date de publication

Le mardi 4 septembre 2018, 08 h 00

Owen Sound – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, est heureux que les propriétaires de la Owen Sound Family Health Organization (OSFHO) aient enfin décidé de retourner à la table, mais a dit que c’était seulement en formulant une offre décente qu’ils parviendraient à mettre fin à la grève.

« Tout au long de cette grève, nos membres et leurs nombreux défenseurs sont demeurés fermement résolus à refuser le statu quo », a déclaré M. Thomas. « Il est impossible d’offrir des soins de qualité aux patients et familles d’Owen Sound avec un personnel qui change constamment parce qu’ils sont mal payés et ont des conditions de travail toxiques. »

« Les propriétaires ont la responsabilité de résoudre les problèmes très réels et très graves qui sont au cœur de cette grève. Et tant qu'ils ne le feront pas, la grève se poursuivra. »

Le 22 mai dernier, après quatre ans sans aucune augmentation de salaire et une offre qui aurait vu leur salaire net stagner pendant encore trois ans, les membres de la section locale 276 du SEFPO se sont mis en grève.

Selon le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, les médecins millionnaires propriétaires de la clinique auraient pu mettre fin à la grève il y a déjà plusieurs semaines.

« Qui sait combien d'argent les propriétaires ont gaspillé pour retenir les services d’agents de sécurité privés et d’avocats grassement payés de Toronto, et avec la tentative ratée d’injonction judiciaire visant à réduire les droits constitutionnels des travailleurs? », a demandé M. Almeida.

« S'ils avaient simplement utilisé une partie de cet argent pour faire une offre convenable, les piquets auraient déjà disparu, et les habitants d'Owen Sound recevraient déjà les soins de santé de qualité dont ils bénéficiaient avant la grève. »

« Il est temps que les propriétaires mettent de l’ordre dans leurs priorités et commencent à mettre les patients avant les profits ».

Monsieur Thomas a vivement encouragé les médecins à ne pas sous-estimer les travailleurs et leur syndicat, ou encore le soutien communautaire croissant.

« Ces travailleurs ne demandent pas la lune, mais ils n’accepteront pas des restes », a déclaré le président Thomas. « Ils ont trop de respect pour eux-mêmes et pour le travail qu’ils font. Et ils peuvent compter sur l'appui ferme et soutenu de leur syndicat et de leur communauté. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931