Communiqué de presse
Communiqué de presse

Le président du SEFPO inquiet de la voie que semble emprunter le gouvernement Ford en matière de reddition de comptes

Date de publication

Le lundi 15 avril 2019, 16 h 15

Toronto - Selon le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, les Ontariens devraient être profondément troublés par les dires que le premier ministre Doug Ford tenterait de rendre plus difficile d'intenter des poursuites contre son gouvernement.

« On dirait bien que le premier ministre construit gentiment son propre bunker derrière lequel dissimuler toute reddition de comptes », a déclaré M. Thomas. « Ça pue la dictature! Les nouvelles plaques devraient plutôt dire « Bienvenue en Corée du Nord ». 

Les médias rapportent que le gouvernement est sur le point d'abolir la Loi de l’Ontario sur les instances introduites contre la Couronne, laquelle établit la responsabilité du gouvernement dans les cas de négligence. La SRC rapporte que le gouvernement envisage de proposer une nouvelle loi qui rendrait plus difficile pour les Ontariens d’engager des poursuites judiciaires contre la province.

L’adoption d’une telle loi serait une véritable gifle en plein visage pour les Ontariens, a dit M. Thomas.

« Compte tenu du nombre de décisions stupides déjà prises par ce gouvernement, les tribunaux sont un des rares moyens à la disposition des Ontariens pour obtenir justice », a encore dit M. Thomas. « Monsieur Ford met en place toutes sortes d’obstacles à la reddition de comptes de son gouvernement. »

Le vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, dit que le choix du moment est intéressant si l’on tient compte du fait que ça pourrait coûter jusqu’à 100 millions de dollars pour casser l’entente de 10 ans avec le Beer Store et permettre ainsi de vendre bière et vin dans les commerces de proximité.

« Si le gouvernement rend plus difficile de le poursuivre, alors les sociétés de l'Ontario devraient se poser de sérieuses questions, à savoir si elles peuvent faire confiance à M. Ford lorsqu’il dit que l’Ontario est ouvert aux affaires », a déclaré M. Almeida. « Compte tenu des bobards lancés jusqu’à présent par Doug Ford, il est difficile d’imaginer que quelqu’un puisse croire un mot de ce qu’il dit. »

Selon M. Thomas, le fait que Doug Ford puisse vouloir compliquer la reddition de comptes de son gouvernement devant les tribunaux ne devrait pas nous surprendre.

« Nous l'avons vu nous menacer de recourir à la clause dérogatoire de la constitution pour éviter d'être tenu responsable de vouloir étrangler la démocratie dans les élections municipales de Toronto », a ajouté M. Thomas. 

« C'est un premier ministre qui méprise la reddition de comptes, l’État de droit et le peuple qu’il prétend représenter. »

Pour plus d’information :

Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931