Avis
Avis

Le président Thomas réclame de nouveau la création d’un ministère de la Santé mentale

Date de publication

Le jeudi 14 février 2019, 09 h 30

Tandis que les coûts humains et financiers des maladies mentales et des toxicomanies continuent de monter en Ontario, je demande une fois de plus au gouvernement qu’un ministère de la Santé mentale et de la lutte contre les dépendances soit créé.

Ce gouvernement parle de santé mentale et de toxicomanie depuis assez longtemps. Il est temps de passer à l’action.

Les selfies partagés sur twitter par les ministres du gouvernement ne font rien pour aborder les délais d'attente énormes, le nombre croissant de décès liés aux opiacés, les prisons débordant de personnes qui devraient être en traitement ou la crise en grande partie invisible de la violence à l’égard des travailleurs en santé mentale.

Le mois dernier, le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CTSM) a publié un rapport détaillé montrant que les rapports de souffrance mentale et d’idéation suicidaire sont de plus en plus nombreux. 

Un autre rapport récent de Santé mentale pour enfants Ontario estime que les congés que des parents doivent prendre pour être près de leurs enfants souffrant d’anxiété coûtent chaque année près d’un demi-milliard de dollars à la province.

C’est une crise, et nous avons besoin de leadership, pas de slogans supplémentaires.

D’autres chefs de file, même au sein du parti de l’opposition officielle, nous ont rejoints pour demander la création d’un ministère de la Santé mentale.

Le gouvernement Ford devrait réaliser que ses députés provinciaux subiront les conséquences aux urnes de vouloir traiter la santé mentale et les dépendances de la même manière qu’ils traitent l’aide sociale, les services liés à l’autisme et les soins de santé.

Les Ontariens seront particulièrement en colère si M. Ford et ses éminences grises essaient de faire de la santé mentale et des dépendances une occasion de profits pour ses riches amis du secteur privé.
 
Warren (Smokey) Thomas