Avis
Avis

Le SEFPO appuie les étudiants qui ont manifesté pour dénoncer les attaques de Ford contre l’éducation

Date de publication

Le lundi 21 Janvier 2019, 17 h 15

Le SEFPO s’est joint à plusieurs centaines d'étudiants et de militants syndicaux qui ont manifesté à Queen's Park, vendredi 18 janvier, pour dénoncer la réduction des droits de scolarité et les coupes dans le financement aux syndicats étudiants et dans de nombreux autres services sur les campus qui avaient été annoncées par le gouvernement Ford.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, s’est adressé aux manifestants pour leur faire part de son soutien. « Nous ne sommes pas dupes des tactiques de diversion du premier ministre Ford, notamment de sa mesure en faveur de la liberté de choix dont le véritable objectif est de réduire au silence les syndicats étudiants et de fermer des services importants. Avec ses manœuvres politiques, il va détruire la vie étudiante sur les campus. »

« Mes plus vives félicitations à vous toutes et tous qui êtes venus ici pour défendre vos droits. Nous lutterons ensemble pour défendre les droits des étudiants et la démocratie sur les campus partout en Ontario. »

Des militants du SEFPO, qui travaillent dans les collèges et universités, s’étaient joints aux étudiants et à Joseanne Job, qui a pris la parole à titre de représentante des jeunes travailleurs à la Fédération du travail de l'Ontario. « Les attaques contre le RAFEO auront des répercussions profondes sur les étudiants », a déclaré Joseanne Job. « En plus d’être frappés par le gel du salaire minimum imposé par M. Ford, les étudiants auront désormais encore plus de difficultés pour suivre des études collégiales ou universitaires. Moins d'étudiants seront admissibles au RAFEO et davantage d'étudiants obtiendront un diplôme en ayant une dette exorbitante. »

RM Kennedy, le président de la Division du personnel scolaire des collèges (SEFPO), était également présent aux côtés de représentants du Congrès du travail du Canada et du Conseil du travail de Toronto et de la région York.

Ce rassemblement, qui avait été organisé avec moins de 12 heures de préavis, a rapidement fait boule de neige, notamment par le biais d’une affiche qui est très vite devenue virale sur les médias sociaux.